Devoir concilier études graduées et maternité

PHDComics.com

PHDComics.com

 

Le 11 février 2013, vers 7h du matin, j’ai découvert avec surprise que j’étais enceinte. Vers 13h le même jour, je recevais un courriel de McGill disant que j’étais acceptée au doctorat en histoire avec une bourse d’entrée. Il y a des jours comme ça où une grosse nouvelle n’attend pas l’autre. Après avoir paniqué, je me suis dit que l’Univers m’envoyait un signe: « go, ma grande, fais les deux.»

Marion a écrit à propos de la conciliation études et travail à temps plein. Personnellement, je dois conjuguer avec la maternité qui prend – littéralement – tout mon temps. J’ai maintenant deux enfants. F-A qui vient de terminer (heureusement) sa phase de terrible two et M-A qui nous gazouille ses sourires du haut de ses 5 mois.

Et je fais un doctorat.

Ces deux aspects de ma vie ont vraiment beaucoup en commun.

D’abord, c’est du temps plein, tout le temps, en tout lieu. Quand je suis à l’école, j’ai toujours mon cellulaire pas loin au cas où fièvre-bobo-autre frappe l’un ou l’autre de mes héritiers. Matins, soirs et fins de semaine sont dédiés à la vie familiale, soit amuser, nourrir et laver l’immense tas de linge sale des petits.

Le doctorat est aussi un plus que temps plein: je travaille dessus la semaine, le soir après le dodo des enfants, pendant les siestes et j’y pense quand mon cerveau n’est pas occupé à gérer des crises de jalousie ou des fous rires. J’y pense quand je pousse la poussette, quand je me couche, quand je range (encore) les jouets qui trainent.

@gradlifemcgill / Instagram

@gradlifemcgill / Instagram

Faire une recherche prenante, c’est comme un bébé: l’immense fierté des progrès, l’incertitude, la remise en question de mes compétences, l’exaspération quand rien ne va comme je veux. Et des fois j’ai envie de tout balancer par la fenêtre.

À intervalle régulier, j’ai juste envie de démissionner de ma thèse ou de ma vie de mère et d’aller vivre sur une île déserte un petit moment ou, de manière plus réaliste, d’aller dans un spa et un bar (ben oui). Mais inévitablement, quand ENFIN j’y arrive, je pense… aux enfants ou la recherche. Surtout s’il y a quelqu’un avec moi. En effet, je passe 100% de mon temps à être mère ou étudiante: les sujets de small talk ne sont pas si nombreux en dehors de ça!

Bref, être mère aux études graduées c’est prenant, épuisant, énervant et… je n’ai envie de faire rien d’autre.

Comment conciliez-vous études graduées à temps plein avec le reste de votre vie?

 

2 responses to “Devoir concilier études graduées et maternité”

  1. Heather Mcpherson says:

    You go girl! Baby 2 year old and PhD – that is just so impressive. All the best.

  2. Kristina Kasparian says:

    Great post, Fannie! It is such a feat to balance the two. Thank you for sharing your thoughts and daily experiences with us!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.