« Older Entries

Mass Atrocity Prevention on the Bosphorus

I pulled a Brazilian human rights activist aside, in between cups of Turkish coffee. “The protests aren’t just about transportation; they’re about everything.” I was in Istanbul for five days, for a convening of mass atrocity prevention practitioners, and wanted to grab a quick thought on a recent wave of public protests. Over the course of our conversation, the activist expressed a perfunctory solidarity: with his fellow Brazilians, yes, but also with a global, often divergent, and often nebulous community of youth human rights practitioners. “I think this is an international movement,” he said, without much further explanation.

Solidarity is a difficult idea, one which, in my experience, rarely comes naturally to U.S. human rights activists. Domestic activism rests on a movement’s certainty, and on its ability to plan a path to victory: tactics, campaigns, and strategy, the secular trinity of grassroots mobilization, aspire to the continuous improvement of known outcomes. Solidarity, where applied, sheds the certainties of power; it transfers voice and agency away from the activist, towards the survivor. The Istanbul convening, organized by the U.S.-based Nexus Fund, boasted practitioners and activists from thirty-three countries, six continents. I went as a U.S. practitioner, a recent Georgetown graduate, and an Echenberg Fellow—that last bit, I think, left me poised for the disagreements ahead. The activists didn’t agree on much, but they achieved a singular point of consensus: from a moral, if not strategic perspective, solidarity is the most appropriate posture for Western human rights activists.

One participant, an educator from New York, suggested that, as the mass atrocity prevention community evolves, the plurality of ideas—rather than a common language—should shape the practice of prevention; indeed, each participant possessed their own concept of solidarity, informed by local contexts and personal histories. For many participants, the specific mechanisms of solidarity, particularly between Western activists and their colleagues in the diverse “global South,” remained unclear. Sticky power dynamics often muddle the equation: between donor and grantee, between conflict-free and conflict-affected, between those with public media platforms and those without. When it comes to outcomes, everyone seemed to agree, it’s a not-so-simple matter of broadening voice and allowing for agency, particularly for survivors of mass violence.

The Nexus Fund’s goals, it would appear, in many ways mimic the Echenberg family’s: to broaden transnational communities of conscience, and to strengthen norms of human rights and civilian protection. In both cases, the future is simultaneously random and undetermined; indeed, that’s the objective. For most, we left Istanbul with stronger bonds, but a helpfully foggy notion of the mass atrocity prevention’s future trajectory. In my mind, this is a mark of success: if the community of practice exists, positive outcomes will follow.

Daniel Solomon ~ 2013 McGill Echenberg Fellow

Fellow Rebecca Hamilton’s “Birthing a Nation”

Read Rebecca Hamilton’s latest piece on South Sudan: Birthing a Nation: How America was sold on South Sudan. It is part of a Reuters series this week on the birth of South Sudan.

New reporting from Fellow Jina Moore

Fellow Jina Moore has been busy! Check out some of her newest stories and projects.

Some combination of way too much work, too much travel, and too few hours in the day has made me neglect this little nook of the Internet.  Sorry for that.  But I’m more sorry for barraging your email box with fake blog posts yesterday when I was trying to do some site maintenance and set up a new page.  How unfun.

As a New Year’s present to myself, I finally updated the home page to reflect actually new work, including three cover stories I did for the Christian Science Monitor — on leadership and the American maverick, on the world after oil, and on social media and the Arab Spring.  Those stories stretch way back to last spring… I’ve also featured my Pulitzer Center collaboration on peacebuilding on the homepage, because it won an award in December, and I’m happy to draw attention again to a story I think is important, and which took a big commitment of time and resources by a lot of people.  So go home already.

Last week, the Dart Society published the second issue of Dart Society Reports. The magazine’s founding committee had this second issue well underway when I was hired as editor in November, but it took an even wider range of talent and commitment to bring the magazine into the world.  Our second issue is about American prisons, with a focus on solitary confinement. The issue also includes some wonderful shorter print and multimedia pieces about Shakespeare productions in a Kentucky prison, the death penalty in Iraq, andreturning to L.A. after doing time.  Journalists also reflect on witnessing an execution, on corresponding with a death row inmate, and losing sources.

I’ve got some work from Zambia coming online soon, and a few other projects slowly making their way into the world, so stay tuned.

Dart Society Reports

Check out the latest issue of Dart Society Reports. Fellow Jina Moore is an online editor with the e-zine.

The mission of the Dart Society is to connect and support journalists worldwide who advance the compassionate and ethical coverage of trauma, conflict and social injustice. Visit our website at www.dartsociety.org.

Protected: Fellow Cristina Istratescu: HAPPY NEW YEAR AND MAY YOU HAVE A GREAT AND SUCCESSFUL 2012!

This post is password protected. To view it please enter your password below:

Fellow Rosebell Kagumire on her work in East Africa

The following post is from Fellow Rosebell Kagumire. She will be attending the Africa Fellows Meeting in October in Kigali, Rwanda. In preparation for the meeting, each Fellow will be sharing some thoughts on their work in Africa, as well as recommendations for the continent’s future development.

I finished my Masters in media, peace and conflict studies from University for Peace in Costa Rica last year. For the last year, I have worked as a communications assistant with an international organization called Isis-WICCE. I have been working on issues of women, peace and security in Africa where I help incorporate the use of new media platforms into the organisation. Besides this, I have worked with Channel16, a humanitarian news site started by aid agencies to bring out reports from ordinary citizens in conflict affected countries or crisis hit areas. With Channel 16 I have largely worked to promote the voices of South Sudanese journalists to be able to blog and air their opinions on what is going in their country both before and after independence. I also write blogs on developments in South Sudan and the Lord’s Resistance Army (LRA).

Working with South Sudanese journalists offers me an opportunity to impart skill in these mostly young journalists and also bring out voices that are going to be critical in the development of the country. For many decades the world has known South Sudan in the prism of war and victimhood, I believe no one can tell the story of South Sudanese better than the citizens themselves. Working with Channel16 enables me to take part in that process of changing narratives about the new country. Through blogging, these journalists are able to write their views and also report on development issues and human rights violations that the area has faced for years. My work with journalists has been eased because of my work with Isis-WICCE, an organisation that has for years worked in South Sudan. I have been able to generate content and also encourage journalists to give attention to women’s rights in a new country where women are more than 60 percent of the population yet most of them are at the bottom of the development process.

With Isis-WICCE I have worked on different publications but also concentrated on bringing stories of women conflict and post conflict areas using new media. I have documented women’s stories in Uganda, South Sudan and Liberia. Many people are following new media trends and human rights organizations in Africa must be at the top. Most countries like Uganda have young population (about 65 percent below 25 years) so if we are to change minds and attitudes to promote human rights and rule of law, we must pay good attention to this age group. We cannot afford to leave the youth behind. You will leave them behind if you are not using new media to reach them as an audience.

Through my blog, I have been able to document stories related to women’s rights and internet freedom. Internet freedom is one other issue I have been working on. I am an author with Global Voices where I have been able to write about social media use and trends in Uganda and what young Ugandans are talking about. Internet freedom is important for both economic growth and fostering human rights education and monitoring. Ugandan youth were active this year online like never before where we saw facebook and twitter numbers increase especially during the elections in February and protests in April. Internet has played a critical role in providing the youth with information that would be easily filtered in traditional media. Also social forums enable people to discuss issues that would not easily receive attention. In June, I took part in the Internet Freedom fellowship by the US Department of State which intends to foster freedom on the internet. For many Ugandans, freedom on the internet is still a far away worry because many do not have access to low cost internet. The discussions in the UN on making access to internet a human right has interested me. As I do work on bringing out voices to the international forum using new media, I am also an activist for internet freedom.

In Uganda, we were already threatened by the government to block social media like facebook and twitter during the April protests  so we need to keep an eye on government trying to limit the use of social sites but also policing these sites to punish citizens for what they post and limiting freedom of expression.

Fellow Cyprien Ntahomvukiye on working in the Democratic Republic of the Congo

The following post is from Fellow Cyprien Ntahomvukiye. He will be attending the Africa Fellows Meeting in October in Kigali, Rwanda. In preparation for the meeting, each Fellow will be sharing some thoughts on their work in Africa, as well as recommendations for the continent’s future development.

I am now working in Democratic Republic of Congo with an international organization called MERCY CORPS. I am the civil society development program manager, responsible for the successful achievement of the CSD program’s objectives and supporting and coordinating the work of local partner organizations within the required timeframe and budget.

This includes training and organizing program staff and ensuring compliance with Mercy Corps and the European Commission’s policies and procedures, accountability to beneficiaries and other stakeholders. I also play a key role in governance-related program development, proposal writing and contributing to the overall country program strategy.

Previously, I spent eight years working with CARE International in emergency programs and in strengthening civil society organization program. I founded Youth Strategy for Disaster Reduction (YSDR) in 2004, a youth network active in disaster responses and based in Burundi.

I have also coordinated as national Coordinator for Burundi, two surveys on “Views from the Frontline Project”, an action research project undertaken by civil society stakeholders in conjunction with government bodies under the auspices of the Global Network of Civil Society Organizations for Disaster Reduction (GN). It aims to measure progress towards the implementation of the Hyogo Framework for Action (HFA) at the local level across developing countries and regions. The survey findings provided a different, yet complementary perspective to the UN-ISDR coordinated monitoring process, which reviewed progress on the HFA primarily at the national level and from the top down governmental perspective. These findings have then guided the second session of the Global Platform for Disaster Risk Reduction 2009 – Geneva in framing future UN-ISDR priorities.

I am also member of COLLOQUE – RWANDA, a Researchers’ Network for Peace Culture, Understanding, genocides Prevention and Conflicts in Rwanda.

Fellow Ilaria Allegrozzi: “RD Congo: la situation sécuritaire dans les Kivus et le travail des défenseurs des droits humains”

The following post is from Fellow Ilaria Allegrozzi. She is currently working with Protection International in the Democratic Republic of the Congo. She will be attending the Africa Fellows Meeting in October in Kigali, Rwanda. In preparation for the meeting, each Fellow will be sharing some thoughts on their work in Africa.

Je suis en train de fuir les problèmes, mais ils courent toujours derrière moi (Chanson du Kasaï Occidental)

A Bukavu, le matin je me réveille en regardant le lac Kivu briller et je n’ai pas l’impression de vivre dans une zone considérée comme l’une des plus dangereuses au monde. Le lac change de couleur avec la lumière et il apaise mon esprit. Ce n’est pas le cas pour tous les habitants de Bukavu. Et le calme d’une telle vue s’envole lorsque l’on prend le chemin de la campagne et de « l’intérieur ».

Que ce soit dans le sud du Sud Kivu, à Luvungi ou Fizi, ou dans le Nord Kivu, à Masisi ou Butembo, la situation sécuritaire et humanitaire n’est pas bonne. La population des Kivus continue de souffrir et de subir des exactions massives tant de la part de groupes rebelles (internationaux : FDLR, LRA et nationaux : Maï Maï, APCLS, PARECO, FRF, FRPI, FPJC) que de l’armée régulière (FARDC). « Je ne fais confiance à personne, j’assure ma sécurité et celle de ma famille, ici chaque père de famille a une arme » – m’a dit un jour un ami d’Itombwe, un village dans le territoire d’Uvira, Sud Kivu.

Les civils ne cessent de payer les conséquences des opérations conjointes, FARDC- Rwanda-Mission de l’Organisation des Nations Unies en RD Congo/MONUC (Kimia I et Kimia II) et FARDC-Mission d’observation des Nations Unies en RD Congo/MONUSCO (Amani Leo), contre les FDLR. En réponse à ces opérations, ces derniers ont déclenché des représailles. Bien qu’autorisé par une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies, le soutien apporté par la MONUC à l’opération Kimia II a fait l’objet de nombreuses critiques. Ces critiques se fondaient d’une part sur la coopération de fait entre la MONUC et des hauts gradés des FARDC, suspectés d’être criminels de guerre, et d’autre part, sur les exactions commises aux dépens de la population congolaise lors de cette opération par les FARDC et les FDLR.

«Depuis quand les FDLR sont devenus ennemis du Congo? Recherchent-ils le pouvoir, la nationalité ou le découpage territorial ? Jusque-là, ils ont été considérés comme des réfugiés, loin donc d’être ennemis du Congo. C’est pourquoi cette guerre ne se justifie pas, si ce n’est que pour des raisons éminemment politiques » – on lit dans un rapport d’une ONG d’Uvira relatif aux opérations Kimia I et II.

Les Kivus auront tout connu : combats, pillages, enlèvements, déplacements de population, recrutements d’enfants soldats, violences sexuelles en masse, meurtres, et massacres. Tous les rapports des ONG congolaises, internationales et des agences des Nations Unies soulignent l’ampleur et la gravité des violations des droits humains constatées, dans un climat d’impunité presque total.

Entre le 30 juillet et le 2 août 2010, plus de 300 femmes, hommes et enfants ont été violés lors d’une série d’attaques lancées contre des villages en territoire de Walikale (Nord-Kivu) par une coalition de FDLR, Maï Maï et déserteurs des FARDC. Un des présumés commanditaires, le Lieutenant-colonel Mayele (Maï Maï Cheka) a été arrêté. La Représentante spéciale de l’ONU pour les violences sexuelles, Mme Wallström, a alors déclaré que cela représentait une victoire pour la justice. Quelque mois plus tard, le 1er janvier 2011 à Fizi, province du Sud-Kivu, un groupe d’éléments FARDC a mené une opération punitive contre la population, au cours de laquelle environs 35 femmes ont été violées. Le lieutenant-colonel Kibibi Mutware a alors été condamné à une peine de 20 ans d’emprisonnement pour avoir ordonné l’attaque : les ONG internationales de défense des droits humains se sont de nouveau félicitées de « ce pas important dans la lutte contre l’impunité ». Quelque mois plus tard, entre le 10 et le 13 juin 2011, dans les villages d’Abala, Kanguli et Nyakiele (territoire de Fizi, Sud Kivu), plus de 200 femmes auraient été violées par les troupes de M. Nyiragire Kulimushi, alias « Colonel Kirafu ». Une enquête militaire sur ces événements serait en cours. Les évènements nous montreront qui osera de nouveau crier victoire.

La récurrence de ces crimes pose la question de l’existence d’un effet dissuasif dans ces sanctions pénales et par conséquent de l’effectivité de la justice. Une seconde inquiétude soulevée par la persistance de ces violences est l’échec de la MONUSCO dans l’acquittement de l’une des tâches majeures de son mandat : la protection des populations civiles.

Les épisodes mentionnés ci-dessus, s’inscrivent dans une pratique généralisée de viols de masse perpétrés de façon régulière en RD Congo depuis plus de10 ans. Et cela dans un climat d’impunité quasi totale.

Tant que les soldats de l’armée congolaise continueront d’être traités comme des animaux, en étant réduits à mendier du foufou auprès des civils, tant qu’ils ne seront pas correctement payés, formés et encadrés, la situation ne changera pas.

Situation des défenseurs des droits humains (DDH):

Dans ce contexte, la tâche des DDH qui enquêtent sur les violations des droits humains, dénoncent les abus, soutiennent les victimes et les témoins, en réclamant justice, s’avère de plus en plus difficile et dangereuse, notamment dans les Kivus.

Au cours des derniers mois, on a remarqué une hausse du nombre des cas de protection suivis par mon organisation, Protection International. Des nombreux DDH ont été victimes de menaces, manœuvres d’intimidation, agressions, enlèvements et assassinats. Dans le Nord-Kivu, de nombreux activistes ayant dénoncé les pratiques abusives des chefs de l’armée congolaise, ont été obligés de vivre en clandestinité ou de fuir la région. M. Sylvestre Bwira, président de la société civile de Masisi (Nord Kivu) a été enlevé et torturé, en août 2010, par des éléments des FARDC. Il avait auparavant signé une lettre adressée au Président Joseph Kabila, sollicitant le retrait du territoire de Masisi de toutes les unités de l’armée et de la police constituées d’anciens membres de groupes armés récemment intégrés dans ces entités. Cette lettre ouverte dénonçait également les exactions commises par les troupes du Général Bosco Ntaganda, visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) et, actuellement, général au sein des FARDC. Depuis novembre 2010, M. Bwira vit en exil à l’étranger.

Mais tout cela, on ne le voit pas de mon balcon, au dessus du lac Kivu. On ne voit que de l’eau qui brille et qui fait briller la forêt. En regardant cette vue, je me dis qu’il est temps pour les congolais de se réveiller et de prendre leur destin en main.

Les tentatives de réduire les DDH au silence, qu’elles émanent des autorités et services étatiques ou des groupes rebelles, sont nombreuses. Les menaces contre les ONG engagées dans la lutte contre l’impunité, les violences sexuelles ou l’exploitation illégale des ressources naturelles s’intensifient. Les organisations et les DDH collaborant avec la Cour Pénale Internationale ont été également la cible de ces menaces.

En autre, les ONGDH congolaises et internationales se voient dresser de plus en plus d’obstacles administratifs et fiscaux de toutes sortes et imposer des contrôles intrusifs de la part des autorités congolaises. « On dirait qu’ils s’amusent à nous mettre des bâtons dans les roues. Ils veulent nous voir tomber et quand on tombe ils rigolent» – m’a confié la coordinatrice d’une association féminine de Baraka pendant un atelier.

La tendance est à la répression, au durcissement de la part de toutes les autorités confondues à l’encontre des DDH.

En 2009, le Ministre de l’Information, M. L. Mende, avait déjà donné le feu vert à une «chasse aux sorcières » contre les ONGDH, dans des discours publics hostiles et incitant à la haine. Il avait fustigé les ONG internationales en leur reprochant d’avoir des objectifs plus «politiciens et financiers qu’altruistes et humanitaires». Les ONG congolaises avaient également été visées par M. Mende et accusées de «défier en permanence les institutions légitimes de l’Etat ». Depuis, le Ministre de l’Information a régulièrement lancé des messages d’intimidations et à interférer dans des dossiers ne relevant pas de sa compétence.

Le 30 août 2010, Reporters Sans Frontières et Journalistes en danger (JED), son organisation partenaire en RD Congo, ont écrit une lettre ouverte au Président Joseph Kabila pour dénoncer la détérioration persistante du climat de travail pour les journalistes et la réduction progressive des espaces de liberté et d’expression en RD Congo. Le Ministre L. Mende avait alors signé un communiqué dans lequel il niait à nouveau les faits et s’en prenait aux deux organisations en les accusant de lancer une “fausse alerte” et de dessiner “des tableaux apocalyptiques fictifs pour paraître politiquement corrects aux yeux de nos généreux sponsors”. Ce communiqué avait été lu pendant deux jours dans les journaux télévisés de la RTNC. Au delà de la mauvaise foi bien connue de ce Ministre, qui s’est donné pour rôle de toujours nier et rejeter en bloc toutes les dénonciations de restriction à la liberté d’expression en RD Congo, nul doute que ces interventions participent à la diabolisation des organisations des droits humains et à la stigmatisation des DDH.

Alors que les élections présidentielles se rapprochent (le 24 Novembre 2011, d’après le calendrier électoral publié par la Commission électorale nationale indépendante, CENI), les DDH sont de plus en plus perçus par les autorités nationales ou locales comme des opposants politiques et soumis à un harcèlement polymorphe. « Ils nous traitent comme des terroristes et ils nous méprisent car ils ont peur de nos rapports ; ils vont tout faire pour nous fermer la bouche et attacher les mains» – m’a dit un activiste de la société civile de Bukavu.

Les intimidations contre les membres de l’opposition politique se sont multipliées et le climat politique est tendu. Les acteurs politiques profitent du processus de révision du fichier électoral pour sonder le niveau de leur popularité sur le terrain alors que, officiellement, la campagne électorale n’a pas encore commencée.

Au Kasaï Oriental, la coordination provinciale du parti politique Forces novatrices de l’union et la solidarité (Fonus) a accusé le parti au pouvoir (Parti du peuple pour la reconstruction et le développement, PPRD) d’avoir interdit à ses partisans d’assister au défilé du 30 juin dans la ville de Mbuji-Mayi. Le drapeau du parti aurait été confisqué et ses membres molestés. M. Etienne Tshisekedi et ses supporteurs se sont également plaints suite à l’interdiction, par le maire de Lubumbashi, de la manifestation de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UPDS) prévue pour le 9 juillet 2011. Quelles sont les raisons invoquées ? Officiellement, la sécurité dans la ville n’était pas suffisante. Et pourtant, le président de la RD Congo, Joseph Kabila, dans son discours lors de la journée de l’indépendance donné à Lubumbashi, a déclaré que le calme règne sur toute l’étendue du pays « exceptées quelques poches d’insécurité à l’Est ». À Kinshasa, la police antiémeute a utilisé les gaz lacrymogènes pour disperser une manifestation de militants de l’UDPS devant le siège de la CENI, où ils organisaient un sit-in visant à dénoncer des irrégularités constatées dans la révision du fichier électoral dans certaines provinces.

Ces répressions sont symptomatiques de la restriction de l’espace démocratique et du débat public pourtant indispensables à toute élection libre et transparente. La communauté internationale ouvre ses caisses et investit des moyens financiers dans ces élections. Ensuite elle s’investit dans des négociations diplomatiques et dans des efforts politiques. L’argent et les beaux mots suffiront-ils à réunir toutes les conditions pour que les électeurs puissent librement exercer leur droit de vote ?

La liberté d’expression est elle aussi largement bafouée: la presse subi de nombreuses restrictions et les journalistes sont souvent pris à partie, poursuivis, et rencontrent des obstacles dans l’exercice de leur profession, qu’il s’agisse de nationaux ou d’internationaux.

Dans toute la RD Congo, des dizaines de journalistes ont été menacés, intimidés, arrêtés arbitrairement et poursuivis en justice en raison de leurs activités. Ils ont reçu des « conseils » des autorités nationales leur enjoignant de ne pas s’occuper de tel ou tel dossier. Certains ont été assassinés. Les programmes de Radio France Internationale (RFI) ont été rétablis en octobre 2010, après avoir été interrompus pendant plus d’une année par le gouvernement qui avait interdit aux médias internationaux de couvrir des questions liées aux opérations militaires contre les FDLR. Le 5 avril 2010, le caméraman Patient Chebeya a été tué par des hommes armés, à Beni (Nord-Kivu). Le 21 juin 2011, à Kirumba (Nord Kivu), M. Kambale Musonia, journaliste à la Radio Communautaire de Lubero Sud, a été tué par balles à quelques mètres de son domicile. Quelques jours avant sa mort, il avait animé une émission au cours de laquelle les intervenants avaient dénoncé le climat d’insécurité généré par une bande composée de civils bénéficiant de la complicité des policiers. A ce jour, plusieurs meurtres de journalistes (dont Serge Maheshe, Didace Namujimbo, Bruno Koko) restent impunis faute de procès équitables ou à cause du blocage de ces dossiers. Force est de constater que les enquêtes et procès faisant suite à l’homicide de DDH sont souvent entachés d’irrégularités et ne respectent pas les standards internationaux, de sorte que la vérité n’émerge pas.. Protection International a appuyé ses partenaires congolais dans de nombreuses démarches de plaidoyer visant, entre autres, à rappeler la nécessité d’être jugé par une juridiction indépendante et impartiale, dans le respect des normes nationales et internationales relatives au droit à un procès équitable, et d’accélérer les réformes des codes pénal et judiciaire militaire.

Ces irrégularités et ce non respect des normes permettent le maintien d’un climat d’impunité. Dans une telle situation, où les autorités tant nationales qu’internationales ne respectent pas leurs obligations de protection par manque de volonté ou de moyen, il est indispensable que les DDH prennent eux-mêmes en charge leur propre sécurité et se responsabilisent sur cette question.

Il arrive souvent qu’en protégeant les autres, les DDH négligent leur propre sécurité et s’exposent à des risques prévisibles. « Dans notre organisation, nous n’avons pas une culture de la sécurité, on la considère comme le dernier de nos soucis » – m’a dit le responsable d’une ONG de Goma lors d’une formation. L’un des messages clé que j’ai appris à communiquer aux DDH en RD Congo c’est qu’il faut qu’ils arrivent à accorder à la question de la sécurité le temps et la place qu’elle mérite, en dépit des surcharges de travail, du stress et de la peur. Cela signifie qu’il est nécessaire de passer outre l’expérience individuelle de la sécurité et d’évoluer vers une culture de l’organisation dont la sécurité est inséparable.

La répression des DDH a une forte composante psychologique, en particulier dans les cas de menaces. Cette répression visent surtout à les troubler, les rendre vulnérables, désemparés et impuissants. Une menace est toujours une expérience personnelle, mais elle n’est jamais sans effet. Toute menace peut produire un effet double, émotionnel et sécuritaire. « Pour les gens comme nous…il faut avoir une mémoire rebelle. Si on a une mémoire conservatrice, on peut aller jusqu’à la mort » – m’a confié, il y a quelque mois, un DDH de Mwenga (Sud Kivu) qui travaille comme assistant psychosocial.

L’ensemble de cette situation, caractérisée par un manque évident de volonté politique, favorise un climat d’impunité ouvrant la voie à de nouvelles exactions.

La mort de Floribert Chebeya Bahizire, DDH extrêmement reconnu en RD Congo et à l’étranger, président de l’ONGDH La Voix des Sans Voix (VSV), est particulièrement emblématique de ce point de vue. Un procès en première instance s’est ouvert devant la Cour Militaire de Kinshasa/Gombe le 12 novembre 2010 et s’est terminé le 23 juin 2011, soit un an après les faits et 36 audiences plus tard. La Cour Militaire a rendu son verdict qui, malheureusement, n’a pas réussi à faire éclater toute la vérité. Le suspect numéro 1, le général de la Police, John Numbi, a été écarté du procès et d’importantes zones d’ombre demeurent.

Ce soir je ne peux pas observer le lac, il n’y a pas d’électricité dans la ville. Je ne peux que l’écouter. Il fait un bruit normal, d’eau qui cogne le rivage. Bukavu va rester toute la nuit dans l’obscurité. J’ignore ce qui se cache dans ce noir.

Article: New Old Hunters: Inupiaq people organize to revive subsistence food culture

My dear fellow Fellows,

Please enjoy this community tale of self-reliance that I co-wrote for the current issue of Cultural Survival Quarterly:

Dolly Smith, an elder from the village of Kiana sits with a bowl of fresh blueberries. Once combined with seal blubber to make a traditional and healthful Inupiat recipe, this experience is increasingly harder to come by. Photo courtesy Seva Foundation.

“Community members say they feel frustrated by the common, romanticized vision of happy, healthy Inupiaq subsistence life. Pop culture and policymakers often project this image, but do little to make this wish a reality.  With little or no support forthcoming, a group of determined community members came together in 2006 to discuss these issues. Midge Schaeffer, a longtime community advocate, breathed life into the efforts by donating 80 acres of her own land to be built into an educational facility, Camp Qalhaq, on the Noatak River. Midge recalls,“People kept coming up to me, over and over, and saying, ‘I wonder who can help us. We have this poster saying “Learn from our elders, do our subsistence,” but we’re not doing all those things. We’re losing all our ways. We’re not making mukluks.’ Finally, it dawned on me: ‘Nobody’s doing anything, so we we’ll just do it ourselves.’”

Full article continued here.

All my best, Bonney Hartley

Laura Seay reviews Fellow Rebecca Hamilton’s book “Fighting for Darfur”

Laura Seay is an assistant professor in the Department of Political Science at Morehouse College in the United States. She is well-versed in African politics and blogs at Texas in Africa. Last year, she spoke on the topic “Violence, Land Rights and Ethnicity in the Northern Kivus: Five Million Deaths are Not a Genocide” at the McGill Faculty of Law. You can read the full book review over at African Arguments.

Hamilton, herself a former student activist in the movement, identifies several reasons for this failure, among them advocates’ early lack of understanding about the complexity of the crises in Sudan, the fact that the advocacy movement became strong only after the worst of the atrocities had occurred. The movement was also hindered by advocates’ inexperience with handling large sums of money and developing policy proposals, and the simple fact that Western governments could only do so much to affect developments in Khartoum.  In this sense, Fighting for Darfur serves as a stellar account of lessons learned of which current and future advocates for other causes should take heed.   Hamilton’s book implies that if advocates fail to fully understand the situations they confront, the policy solutions they pose will be inadequate, inappropriate, and, in some cases, downright disastrous.  She identifies the advocacy community’s call for military action in Darfur as one of the latter. While it seemed perfectly reasonable to outsiders to call for a peacekeeping or other type of military intervention in the region, Khartoum responded by forcing out several humanitarian aid agencies that had been serving displaced Darfuris, thus making their situation even worse.

Continued.

« Older Entries
Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.