Close to Home


By Sarah Grace Ross

Unlike the majority of my fellow interns, my placement is not only within Canada, but in the very city where I was born: Toronto.

Despite having lived away from Toronto for a few years, it hasn’t taken long for me to become reacquainted with the city. From the neighbourhoods that my friends live in, to the best roti you can find, I know Toronto.

So with the start of my internship at the Canadian HIV/AIDS Legal Network, I was curious to find out what it would mean to work in human rights so close to home. My first realization during the internship was that while I know Toronto, I only know my Toronto, which is one version among millions. My internship was situated in a very different Toronto, one nested in the intersection of health and law, where I would be conducting legal research and policy advocacy for a segment of the population that, I came to realize, I didn’t know at all.

I had never met someone who was openly HIV+. Further, the only two public figures with HIV or AIDS that I could bring to mind were Freddy Mercury and Magic Johnson, a pretty short list. Fortunately, my first week at the Legal Network coincided with their annual symposium, where I met activists, mobilizers, lawyers, volunteers, and many individuals living with HIV. It became clear that while I would be working in a familiar city, everything about this job was going to feel new.

I was prepared to feel appalled at the human rights abuses of people living with HIV abroad, but as I began my first legal research projects, I realized there were many elements of living with HIV in Canada that were worse than I thought. After Russia and the United States, Canada is one of the most aggressive prosecutors of people living with HIV. Worse still, the criminal charge in non-disclosure cases is aggravated sexual assault, one of the most serious offences in the Criminal Code. Past interns have written thorough blogs about disclosure, which is when someone is legally required to disclose their HIV status prior to sexual activity. Advocates such as the Legal Network argue that the criminal justice response is heavy handed and does not reflect scientific advances regarding HIV transmission risks. Studies show that maintaining an undetectable viral load through HIV medication makes the risk of transmitting the virus effectively non-existent.

The publication’s cover photo is from the 1990 Montreal Sex Garage riots.

A few years ago, Canada’s criminal justice approach to disclosure sparked an underground, anonymous, grassroots publication titled How to Have Sex in a Police State. The publication surfaced online in 2015 and provides tips on how a person can access support from the health care system without triggering surveillance from the criminal justice system in the process. The fact that these two systems are interconnected is a huge problem; people should not have to choose between health care and privacy. Since violence, stigma, and discrimination are a reality for many people living with HIV, the publication encourages individuals to protect themselves from potential criminal charges, for example by having proof of their HIV status disclosure (such as screenshots of text messages) or even going so far as having a signed waiver for sexual partners.

There’s an often-used slogan that captures the connection between the health care and criminal justice systems: ‘take the test, risk arrest’. I heard the slogan mentioned a few times during the symposium last month, which made me suspect that the ‘police state’ described in the publication was still a reality for some people living with HIV today, even in large, arguably progressive cities like Toronto. ‘Take the test, risk arrest’ refers to the assumption that whoever is diagnosed with HIV first is presumed to have brought it into the relationship. This misattribution of infection is particularly stigmatizing for vulnerable women whose diagnosis may take place as a result of prenatal care or other routine visits to the doctor. The fear of partner retaliation upon discovering HIV or risking criminal charges related to disclosure can lead vulnerable women to seek prenatal care at very late stages in their pregnancy, to stay in an abusive relationship, or to deter testing.

I haven’t been surprised to see flagrant HIV-related human rights abuses in my international research projects. But the extent to which a segment of the Canadian population has to intentionally protect itself from the criminal justice system on a health matter gives me pause. It troubles me to imagine that in my own city, people living with HIV are, even if unintentionally, treated as a threat from which criminal laws are meant to protect. Are people living with HIV not worthy of protection too? Or an even simpler question: what does criminal law have to do with HIV anyway?  Even when a person’s viral load is undetectable due to medication and therefore untransmittable, their sexual activities are subject to surveillance. Safe sex should be about protecting the health of one’s self and partner, not about protecting one’s self from the long arm of the law.

Updates from Malawi

  By Julia Bellehumeur

The Surprise Internship:

On May 10th I arrived in Blantyre, Malawi to work with the Equality Effect and the local organization WLSA (Women and the Law in Southern Africa).  Although I had been preparing for months to travel to Africa to work with this organization, this internship came to me by surprise.

My original placement with the Equality Effect was in Meru, Kenya.  A few days before my departure I got an email informing me that my internship in Kenya was cancelled due to concerns about the political climate.  My Equality Effect director and McGill’s IHRP director worked very quickly to arrange my new internship placement and a few days later, I was leaving for Blantyre, Malawi.  I knew very little about Malawi and I knew even less about what I would be working on, or where I would be living.  But I accepted the placement, trusting that this would be an adventure at the very least.

This last-minute switch seems to have foreshadowed and prepared me for my summer in Malawi. It set the tone for the internship in that I’ve had to be very adaptable and ready to take initiative in situations of uncertainty.  The work that I am doing is very different from what I would have been doing in Kenya, and the Equality Effect projects in Malawi aren’t quite as far along as they are in Kenya. Nevertheless, I feel fortunate to have been granted such a wonderful and unique opportunity in Blantyre.

 

The Projects

The Corroboration Litigation 

The Equality Effect together with WLSA has been working on a constitutional claim against the Corroboration Rule in Malawi for cases of rape and defilement (defilement is Malawi’s legal term for sexual intercourse with a child).  Corroborative evidence is defined as any independent evidence over and above the complainant’s testimony that confirms that a crime was committed and connects the accused to the crime.  The Corroboration Rule comes from Malawi’s colonial past and is based on the discriminatory assumption that women and girls tend to fabricate claims of sexual violence, and that these claims are easy to make but difficult to disprove.  An example of corroborative evidence often required is a medical examination of the victim to prove that a rape or defilement did in fact occur. . . Of course, this is often impossible to provide for countless reasons.  The Corroboration Rule requires the judge to warn him or herself about the danger of convicting on uncorroborated evidence.  You can imagine how problematic it is to impose this additional requirement on women and girls when there are already so many other barriers to access to justice for survivors of sexual violence.

My co-intern Michelle and I have been going to court to try to find new claimants for the case, although the bulk of our work for the litigation will pick up near the end of our internship.

 

The Workshops

WLSA has suggested developing a legislative campaign as another route to tackle eliminating the Corroboration Rule.   They’ve suggested that a conference would be a great way to get people talking about this rule and share some of the available knowledge and information within the community.  Michelle and I have taken on organizing this conference, which has proved to be quite a challenge.  Planning these initiatives usually requires a significant amount of time and funding.  Fortunately, we have been meeting with many engaged members of the community and have been coming up with creative ways to overcome these challenges before the end of our short stay in Malawi.

 

The One Stop Centers

We have observed many barriers to access justice for survivors of sexual violence in Malawi.  For example, police corruption, inconclusive or lost medical exams, a lack of education and awareness about the laws and resources, and most notably a lack of funding for fuel and transportation to bring victims into court or to the police stations.  These barriers all contribute to a high rate of withdrawal of cases, and are exacerbated for women and girls living in rural communities.

Michelle and I attended court twice this week and witnessed how some of these challenges come into play.  For the first case, we waited an hour after its start time for the magistrate to arrive.  Once he arrived, he informed the prosecutor that we could not proceed until the victim attended court.  Earlier the prosecutor had told us that the victim could not attend court because she lived too far away and they had no way of getting her.  A couple days later we came to see another case at 10am.  There was a small 7 year old girl waiting with her mother along with a doctor who came from the hospital to testify.  We all waited for over 3 hours for the magistrate who the prosecutor claimed was stuck in traffic.  Eventually the case was rescheduled to a later date.

The Blantyre One Stop Center has stood out to me as a beacon of hope among these obstacles for survivors of sexual violence.  At the OSC, victims and their families can come and report an experience of sexual or gender-based violence.  The OSC has social workers, a police officer, a doctor, a nurse, and a counsellor available onsite. They are all very committed to helping each person get the justice they deserve and the counselling they need to move forward.  They also organize awareness-raising events in local schools.  Unfortunately, these centers do not receive any funding beyond the minimal salaries provided to them by the government.  From what we’ve seen, the work of the OSC provides the most immediate results for individual victims. If they had even slightly more funds, the OSC has the potential to create widespread change. Michelle and I hope to help them create a crowdfunding type of fundraiser, and possibly even a student legal clinic to help them reach their potential.

 

Malawi

When I was told that we would be going to Malawi instead of Kenya, I had to quickly check on a map to find exactly where this tiny country was located.  I am not sure if it would have ever crossed my radar as a place to visit in my lifetime.  Yet now, it’s starting to feel like home.

Although Malawi is one of the continent’s poorest countries, it is known as the warm heart of Africa.  This was immediately apparent, Malawians tend to be very friendly and welcoming.  We have a lot of fun with our co-workers and we’ve enjoyed immersing ourselves in the very welcoming arts community at the weekly poetry nights and at an arts festival/party.

We arrived in their winter time so the landscape is incredibly lush. The fresh air and hilly backdrop makes Malawi feel like paradise.  In our yard, there are two avocado trees from which the best avocados I’ve ever had, measuring about the size of my face, fall almost daily. At night, I could spend hours looking up at the brightest starlit sky you can imagine.  I have found inner peace in Malawi – this country is truly breath-taking.

The first half of this internship has been amazing so far and I have learned so many unexpected things.  Navigating a role where I am encouraged to take initiative in a foreign country with a colonial history can at times be very challenging.  But I have learned a lot about what it takes at the primary stages of a human rights initiative, and I am working hard to ensure that the many skills I develop are appropriately balanced with a positive and sustainable impact on the women and girls in Malawi.

 

 

 

 

 

 

 

Travailler de concert

Par Michel Bélanger-Roy

Liste de choses que je ne m’attendais pas à faire lors d’un stage en droits humains au Cameroun :

#1 – Organiser un concert

Oh, je vois que vous froncez déjà les sourcils. Pas de problème, je prends les questions.

@FanDuCameroun : Mais Michel, pourquoi un concert? Je croyais que tu travaillais avec une organisation pour les droits des femmes.

#Action2015

#action2015

–       Bonne question, @FanDuCameroun. Mon organisation participe à une campagne mondiale intitulée Action/2015. Dans le but d’attirer l’attention sur une importante conférence de l’ONU, différents événements étaient organisés partout à travers le monde le 11 juillet dernier. L’idée était d’exposer le soutien populaire à un meilleur financement pour le développement international. Un concert avec des artistes « engagés » était une façon pour nous de rejoindre un large public de façon agréable tout en faisant passer notre message. En effet, il y avait aussi une portion du concert dédiée à discuter avec le public de thèmes chers à Women for a Change, comme la santé sexuelle et reproductive des femmes.

@PetitMalin : Le titre du billet est un jeu de mots?

–       Oui, @PetitMalin. Mes excuses.

@jaimelamusique : Comment on fait pour organiser un concert quand on est dans un nouveau pays et que notre organisation n’a jamais tenu un tel événement?

–       Tu vois juste @jaimelamusique : c’est un défi! Il faut trouver des artistes, des musiciens, une salle de spectacle, de l’équipement de scène, un technicien de son, des bénévoles. Et en quelques semaines seulement. On trouve peu d’information sur internet, alors on utilise le bon vieux « bouche à oreille ». On dit à tous ceux qu’on connaît qu’on veut faire un concert, puis par contacts interposés on fait beaucoup de rencontres jusqu’à trouver les bons partenaires.

@SRHR237 : Et pour la promotion?

–       Même chose! On a été très actifs sur les médias sociaux, mais on est aussi allé rencontrer les gens directement : sur le campus universitaire et même à la messe du dimanche!

@Africaincoquin : Épatant! Et vous aviez de bons artistes?

Dr Sley et Mr Leo interprètent "We Must Survive"

Dr Sley et Mr Leo interprètent “We Must Survive”

–       Oui, excellents! Tiens, @Africaincoquin, écoutes par toi-même leurs vidéoclips:

Dr Sley & The Green Soljas

Mr Leo

Ils sont bien connus dans la région pour leurs chansons qui dénoncent la guerre ou la corruption. C’était donc des choix naturels pour nous. Ils ont même écrit une chanson thème spécialement pour l’événement! Ça s’appelle « We Must Survive ».
(AJOUT : Cliquez sur le lien pour voir un extrait filmé lors du spectacle)

@Junglegirl8 : La soirée a été un succès?

–       Tout à fait! @Junglegirl8, tu peux imaginer qu’avec de tels artistes,  la salle s’est vite réchauffée et le public a beaucoup apprécié. La portion « séminaire » a provoqué de fructueux échanges sur le développement du Cameroun. Je crois que mon organisation a pu rejoindre un nouveau public et passer son message. Et on a terminé la soirée en dansant sur scène avec les musiciens!

@Fascinee : Fascinant! Et quelle a été la clef de ce succès, selon toi?

Musiciens, bénévoles et organisateurs réunis sur scène

Musiciens, bénévoles et organisateurs réunis sur scène

–       Le travail d’équipe! Même si Women For A Change n’avait jamais organisé de concert, mes collègues se sont lancées dans l’aventure et ont fait un travail formidable. Les artistes, les musiciens et l’animateur ont été d’une grande générosité. De nombreux partenaires nous ont aidé à faire la promotion du spectacle. Les déléguées régionales du ministère de la promotion de la femme et de la culture ont assisté et soutenu l’événement. Nous avions une superbe équipe de jeunes bénévoles, les « Iam15 ambassadors » et le public a participé activement au succès de la soirée.

@PetitMalin : Bon, au moins ton jeu de mots avait un véritable double sens alors.

–       Ce n’est pas une question @PetitMalin. Mais merci pour le commentaire. Je travaille fort sur mes jeux de mots, ça fait chaud au cœur.

C’est ce qui clôt la période de questions. Merci et à bientôt!

Cameroun : Parmi les inégalités

2015 Belanger Roy MichelBy Michel Bélanger-Roy

Bien sûr, la différence frappe. Avant même d’atterrir, en voyant par le hublot les banlieues délabrées de Douala, on comprend qu’on n’est plus en Occident. Puis, une fois au sol, le choc s’amplifie. La saleté. Le bruit incessant des klaxons. Chaque première expérience est une surprise : s’entasser avec 6 inconnus dans un taxi collectif (Ah, le siège prend 2 passagers? Bien sûr, assoyez-vous sur mes genoux); faire son marché (Les œufs ne sont pas au froid? Ah tiens, la viande non plus); chercher un appartement (Il n’y a pas d’adresses? Ah bon, les rues n’ont pas de nom). Parlant de rue, la traverser entre taxis et motos qui ne s’arrêtent pas demeure une frayeur quotidienne

Mais on s’habitue. Un peu. Et on découvre les différences qu’on apprécie : la nourriture de rue délicieuse et abordable; la musique africaine; les fruits savoureux; les paysages verdoyants; l’attitude décontractée; la générosité. Je me suis même surpris à souhaiter voir des taxis collectifs à Montréal.

Et au fil des jours, c’est autre chose qui m’a frappé : l’ampleur des inégalités. Il faut dire que mes rencontres sont variées. Entre un repas cuit sur le feu d’une femme de campagne et un scotch versé sur le minibar d’un riche avocat, je fais connaissance avec des gens qui eux ne se côtoient pas. Le mur encadrant la villa de l’avocat y est peut-être pour quelque chose.

Inégalités socio-économiques donc, d’abord. Ici, les Mercedes roulent en bordure des bidonvilles. Comme ailleurs, on affiche sa richesse comme gage de réussite. Mais dans un pays du tiers-monde, le contraste impressionne particulièrement.

Atelier sur les droits des femmes à Mudeka

Atelier sur les droits des femmes à Mudeka

Inégalités de genre ou condition féminine, le thème de mon stage avec Women for a Change Cameroon. Au Cameroun, la loi limite encore l’égalité, notamment en criminalisant l’avortement (Code pénal du Cameroun, Article 337). Plus encore, ce sont des normes culturelles qui perpétuent les inégalités. Le harcèlement de rue demeure pratique courante. Et le passage aux toilettes d’un bar ou d’un restaurant (souvent 3 simples panneaux de tôle dans une cour) rappelle que ces lieux sont conçus pour les hommes. Par ailleurs, inégalités sexuelles et économiques restent intimement liées, les femmes ne possédant que 2% des terres au Cameroun (Cameroon Gender Equality Network, 2011).

Inégalités linguistiques, ensuite. Pour un Québécois, il est fascinant de se retrouver en région anglophone au Cameroun. En effet, la minorité anglophone camerounaise défend fermement ses droits linguistiques face à une parfois oppressante majorité…francophone. Elle revendique même la protection de son système juridique distinct (de Common Law). À part l’inversion des rôles, rien de très dépaysant. Cependant, avec plus de 250 langues locales et dialectes parlés au pays, le portrait linguistique demeure autrement complexe.

Parmi les autres vecteurs d’inégalités, quelques uns sont plus encourageants. Malgré une diversité impressionnante, le Cameroun connaît peu de tensions ethniques ou religieuses et reste très tolérant à ces égards. En revanche, l’état des droits LGBT demeure déplorable.

Finalement, inégalité… internationale. Celle qu’illustre ma présence. Étant l’un des rares « blancs » (mon bronzage impressionne peu) en ville, j’attire forcément les regards. Outre quelques rares remarques moqueuses et des prix parfois gonflés, je n’ai vraiment pas à m’en plaindre. Mais en parlant du Canada avec des Camerounais, je sens bien leur envie. Légitime. Et je constate que même si on les déplore, notre système de santé, nos infrastructures et notre système d’éducation sont autant d’immenses privilèges.

Ce « privilège occidental », facile à oublier à Montréal, est ici exposé aux regards par la couleur de ma peau. Et forcément, ça confronte. Quoi faire avec ce privilège?

À cet égard, une femme demandait récemment à ma collègue ce que je faisais ici.

–       « A human rights internship »

–       « How long? »

–       « 3 months »

–       « And after that…? »

Bonne question, Madame. Bonne question. And after that…?

 

L’autre 50%

Suzanne Zaccour

Lorsque j’ai décidé d’appliquer pour un stage à la CONGEH (Cameroun), plusieurs facteurs sont entrés en ligne de compte. Certains n’étaient que de simples préférences, mais une chose était certaine : je voulais travailler pour promouvoir les droits des femmes. Heureusement pour moi, le stage qui était à la fois le plus accessible, le seul en français et situé dans un pays où ma famille a déjà vécu concernait également les droits des femmes. Plus spécifiquement, les droits fonciers et successoraux des femmes, en particulier celles infectées ou affectées par le VIH/sida. Après presque deux mois de stage, j’en suis venue à la conclusion que ma volonté de travailler pour les femmes n’était pas qu’une simple question de préférences. En réalité, tenir compte du genre dans le contexte du développement est tout simplement incontournable. Comme je le disais hier à un collègue à la recherche de financement, les bailleurs de fonds sont nombreux à exiger que les projets ciblent les femmes. L’industrie du développement a, semblerait-il, enfin découvert cet autre 50% de la population mise de côté depuis… toujours? Quoiqu’il en soit, deux anecdotes vécues cette semaine dans le cadre de mon stage m’ont confirmé l’importance des questions de genre même dans les domaines les plus apparemment « neutres ».

Je suis en train de compléter une (imposante) demande de financement pour un organisme qui appuie des projets visant l’autonomisation économique des femmes et la promotion de leurs droits. La CONGEH (Coalition des ONG et OCB du Cameroun œuvrant dans le domaine des Établissements Humains) conduit justement depuis plusieurs années le projet de Cliniques de Consultation Foncière (CCF) pour la réduction des inégalités envers les femmes infectées ou affectées par le VIH/sida. Ces cliniques offrent des services gratuits d’information, de consultation et d’accompagnement pour les femmes victimes de violations de leurs droits fonciers ou successoraux ou désireuses de mieux les protéger. Dans les communautés où elles sont implantées, les CCF permettent donc aux femmes de connaitre et de faire reconnaître leurs droits, en particulier dans un contexte de VIH/sida. Elles organisent également différentes activités de sensibilisation communautaire et de plaidoyer auprès des autorités locales et traditionnelles.

La CONGEH étant un réseau d’organisations, de nombreux projets sont élaborés par ses membres avec plus ou moins de centralisation. L’un de ces projets « périphériques » consiste en l’assainissement et l’installation de latrines dans une communauté, l’objectif étant de favoriser une meilleure hygiène et notamment de limiter les maladies opportunistes au VIH/sida. Préoccupée par mon application, je constate qu’il ne cible pas spécifiquement les femmes. Mon superviseur me détrompe : ce sont les femmes qui portent le fardeau des soins aux enfants et aux malades. Ce sont elles également qui entretiennent le foyer familial. Ainsi, tout changement dans la sphère dite privée les affecte directement. Une hygiène décente améliore grandement leur qualité de vie, tandis que des enfants ou un mari malade représente un défi supplémentaire à relever dans leur quotidien déjà surchargé. Si elles sont commerçantes ou agricultrices, leurs revenus fluctuent selon l’état de santé de leur famille.

Pour moi qui ai cette préoccupation à cœur, c’est un plaisir de constater que la situation des femmes est prise en compte dans la planification des activités de la CONGEH. Négliger les questions de genre peut faire d’une bonne idée un échec. Cela m’amène à ma deuxième anecdote.

S’immerger dans un pays en voie de développement permet de constater de nombreux problèmes qu’on n’a jamais vécus. D’un autre côté, les pays dits développés ont beaucoup à gagner en prenant pour exemple leurs voisins du Sud relativement à certains enjeux. Les préoccupations environnementales, notamment, semblent intégrées dans le quotidien des Camerounais-e-s. Cela n’est guère surprenant quand on sait que le gaspillage des ressources renvoie à des pertes financières et que les pays du Sud souffrent davantage de l’impact des changements climatiques. Ainsi, l’élimination des emballages en plastique s’est récemment ajoutée à des pratiques respectueuses de l’environnement telles l’alimentation sans gaspillage et la réutilisation des contenants en verre. Plus précisément, « la fabrication, l’importation et la commercialisation des emballages non biodégradables (plastiques) sont interdites sur l’ensemble du territoire camerounais » depuis le 1er avril – mais certain-e-s ne l’ont pas trouvée drôle. L’interdiction s’accompagne de systèmes de surveillance et de sanctions; ainsi, même si les sacs de plastique sont encore parfois utilisés « en dessous de la table », la plupart des commerçant-e-s ont usé d’inventivité pour trouver des moyens alternatifs d’emballer leur marchandise. Les résultats sont parfois assez surprenants. Par exemple, on a empaqueté mon marché dans des boîtes – on aurait dit que je déménageais. Le vendeur que je visite tous les matins « emballe » mon pain dans une feuille manifestement arrachée d’un cahier de rédaction. Il est également populaire d’enrouler d’une bande de papier les tablettes de chocolat : sans attaches, c’est à mon humble avis totalement inutile, mais les vieilles habitudes sont résilientes.

Un pays qui bannit totalement les emballages en plastique, quand on sait le désastre qu’ils représentent pour l’environnement, ça ne peut résonner que comme une bonne nouvelle. Or, il y a bien un hic. C’est la responsable d’une des organisations membres de la CONGEH qui me l’a fait découvrir. Son organisme vise le renforcement des capacités économiques des femmes, dont des veuves et des femmes atteintes du VIH/sida (des personnes vulnérables, donc), par la production et la vente de chips de plantains. Vous savez, celles qui se vendent dans de petits paquets transparents… en plastique? Cette activité, dont dépendaient de nombreuses femmes démunies, a donc dû être interrompue. En raison de la crainte de visites d’inspecteurs environnementaux, les magasins ont interrompu les commandes. Le plus choquant, c’est qu’il n’existe aucune production d’emballages conformes (biodégradables) au Cameroun. Les femmes qui bénéficient des actions de cette ONG sont réellement prises au piège, et elles ne sont pas les seules. Ce sont les femmes qui préparent et vendent la plupart des aliments, et la santé de leurs enfants dépend de leurs revenus. Il semblerait que le gouvernement camerounais ait négligé de tenir compte des femmes dans son plan à la rescousse de l’environnement.

Les gouvernements du monde résistent à l’ADS (Analyse Différenciée selon les sexes), « un processus d’analyse favorisant l’atteinte de l’égalité [en discernant] de façon préventive les effets distincts sur les femmes et les hommes que pourra avoir l’adoption d’un projet ». De leur côté, les mouvements sociaux (socialiste, nationaliste, environnementaliste…) ont tous un jour où l’autre laissé tomber les femmes. On ne peut pas sacrifier les femmes au développement; le développement doit être réalisé par et pour les femmes. « L’avenir de l’homme est la femme » disait Aragon. Je n’ai aucun mal à le croire, quand je vois ces commerçantes déterminées saisir l’ambassade des États-Unis en vue d’organiser l’importation d’emballages biodégradables. Je n’ai aucun mal à le croire quand j’entends parler des initiatives que les femmes prennent au sein des communautés et des sommets qu’elles peuvent atteindre, à condition qu’on croit et qu’on investisse en elles.

Aider les femmes à réaliser leur potentiel n’est définitivement pas une préférence. C’est une obligation.

Criminalization of HIV status non-disclosure: what’s the issue?

by Jihyun Rosel Kim 

When people hear the question “should non-disclosure of HIV status be a criminal offence?” their usual response is, “well of course! We shouldn’t hurt people.” When all we see and hear about HIV in the news is so sensationalized to the point that we equate HIV with death and people with HIV with predators, that response is understandable.

The landmark case involving HIV status disclosure was R. v. Cuerrier.[1] In the case, the Supreme Court established that failure to disclose one’s HIV status could lead to a charge of aggravated sexual assault, which can lead to a maximum of a life sentence in prison. Justice Cory for the majority stated that non-disclosure of HIV status that would lead to a “significant risk of harm” would constitute an aggravated sexual assault. However, he never clarified what exactly would amount to “significant risk,” despite the differing levels of risk of transmission in diverse sexual activities. Justice Cory did, however, stated in an obiter that certain actions such as wearing a condom might be seen as mitigating the “significant risk.”

Since the Cuerrier decision in 1998, science has come a long way for HIV/AIDS. Moreover, research has shown that transmission risks for HIV are generally low, and differ significantly depending on the activity. Generally, the transmission rate of HIV during unprotected vaginal intercourse is 0.1% per act (with recent analysis suggesting a more accurate rate would be 0.08% per act).[2] If a person has an undetectable viral load (below 50 copies of HIV virus per mililitre of blood), the risk of infection is about 1 in 10,000 for unprotected sex acts.[3] Recent studies also suggest that antiretroviral therapy can reduce transmission up to 96% in heterosexual couples, where one partner is HIV-positive and the other is HIV-negative.[4]

Yet, Canadian courts have not kept up with scientific evidence. Due to the unclear guidelines regarding what exactly constitutes “significant risk,” courts have continued to send mixed messages regarding legal duty to disclose one’s status. Some courts have held that a person who did not disclose to a partner but wore a condom is not criminally liable. Other courts have held the opposite view by charging a defendant with sexual assault for non-disclosure without considering the kind of sexual activities.

The conflicting messages from the courts seriously undermine and threaten the rights of people living with HIV/AIDS (PLHs). How can PLHs truly prove that they disclosed to a partner – should they require witnesses or signatures? Should activities such as oral sex and mutual masturbation, which bears almost zero risk of transmission, bear the possibility of a criminal charge, when almost no activity in our lives are truly risk-free? What about the issue of partners, who can blackmail and even abuse their HIV-positive partners by threatening to charge them?

(more…)

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.