La FDA sévit contre un médicament «homéopathique»

coldL’agence américaine de surveillance des aliments et des médicaments demande au public de cesser immédiatement d’utiliser les produits Zicam contre le rhume. La FDA a reçu 130 rapports de patients ayant perdu le sens de l’odorat de façon prolongée, et même permanente, après avoir utilisé l’un des produits Zicam, tels que Zicam Cold Remedy et Zicam Cold Remedy Swabs.

Plusieurs aspects de cette affaire méritent d’être soulignés. Tout d’abord, mentionnons que Zicam était présenté comme un médicament homéopathique. Le fait que Zicam entraîne des effets secondaires indique qu’il ne s’agit pas d’un médicament homéopathique. Le principe de base de l’homéopathie, qui défie

toute notion scientifique, est que plus une substance est diluée, plus le produit qui en résulte est actif. Par exemple, l’arsinicum album, un produit homéopathique pour traiter les maux d’estomac, est préparé à partir d’arsenic dilué par un facteur de 10 (un gramme d’arsenic pour 9 grammes de substance inerte). La dilution est répétée trente fois de suite. Avec la concentration qui en résulte, il n’y essentiellement plus de molécules d’arsenic présentes. D’ailleurs, la seule affirmation scientifiquement valable à propos de l’homéopathie est que par sa nature même, elle ne peut pas causer d’effets secondaires !

Le fabricant de Zicam, la compagnie Matrixx Initiatives, l’a sans doute mis sur le marché en tant que produit homéopathique pour une raison bien simple. Cela le soustrayait, comme pour tout produit de santé dit naturel, de fournir à la FDA les preuves de son efficacité ou de son innocuité. Difficile à croire que ceci ait été le cas pour un produit ayant des ventes de plus de 40 million de dollars par an ! Le système de contrôle des É.-U. présente une autre lacune. Lorsque des problèmes font surface, comme dans le cas de Zicam, la FDA n’a pas le pouvoir d’obliger les compagnies à rappeler leur produit. Elle doit « négocier » avec les fabricants pour que ceux-ci acceptent de le faire, une situation qui cause des délais et met le public à risque. Jusqu’à présent, Matrixx Initiatives a refusé de rappeler Zicam mais a annoncé qu’elle a suspendu les livraisons et qu’elle est prête à rembourser toute personne qui en fait la demande

Les premiers cas d’anosmie, ou perte du sens de l’odorat, chez les utilisateurs de Zicam ont été rapportés dès 1999, peu de temps après que Matrixx Initiatives eut mis le produit sur le marché. On sait maintenant que la compagnie a depuis reçu plus de 800 rapports semblables sans en informer la FDA.

Come son nom l’indique, Zicam contient des dérivés du zinc. Dans les années 1930, quand la polio faisait rage, l’une des théories stipulait que le virus pénétrait dans le corps par les voies nasales. Conséquemment, l’’un des moyens de prévention utilisés était de « bloquer » celles-ci avec, entre autres, des composés à base de zinc. En 1937, lors d’une éclosion de polio à Toronto, les enfants avaient été traités avec du sulfate de zinc. La pratique n’avait pas arrêté l’éclosion et de plus, plusieurs enfants avaient perdu complètement et de façon permanente le sens de l’odorat. On peut imaginer que si Matrixx Initiatives avait eu à soumettre Zicam à l’examen de la FDA, cet épisode aurait pesé dans la balance.

D’après Matrixx Initiatives, Zicam serait disponible au Canada depuis octobre 2008. Cette information est démentie par Santé Canada, qui indique que le produit n’est pas autorisé au pays et qui avise toute personne qui pourrait s’en être procuré à l’occasion d’un voyage aux É.-U. de ne pas l’utiliser.

Il est à noter qu’au Canada, la réglementation sur les médicaments et produits de santé naturels est beaucoup plus restrictive (http://www.hc-sc.gc.ca/produits de santé naturels. Ici, les fabricants doivent obtenir une licence d’exploitation avant de mettre un produit sur le marché. Et même si les exigences en matière d’efficacité sont assez floues, ils doivent au moins prouver l’innocuité du produit.

Ariel Fenster

Leave a Reply

Spam Protection by WP-SpamFree

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.