La découverte du Viagra

Du côté de Pfizer, les chercheurs qui travaillaient sur la molécule de sildenafil – qui allait devenir le Viagra – n’avaient pas du tout comme objectif de créer un médicament destiné à combattre l’impuissance sexuelle. Se basant sur les travaux de Robert Furchgott et ses collègues, ils tentaient de mettre au point un traitement pour l’angine de poitrine. Ils savaient que lorsque l’endothélium est endommagé, cela ralentit la production de NO. Les muscles vasculaires ne peuvent pas se relâcher normalement, ce qui entrave la circulation sanguine et entraîne un malaise cardiovasculaire. La molécule de sildenafil était censée agir au niveau des artères coronaires. Lorsque les essais cliniques ont démontré que le sildenafil agissait chez les hommes d’une manière inattendue mais particulièrement efficace en dessous de la ceinture, ils ont dévié de leur objectif initial. Ils ont développé la molécule de façon à obtenir ce qui représentait, à l’origine, des effets secondaires.

Le mode d’action du Viagra est relativement simple et est directement lié au mécanisme responsable de l’érection. C’est le NO qui déclenche le processus en envoyant un signal au niveau des tissus spongieux, riches en vaisseau sanguins, du pénis. Ce signal déclenche la production d’une enzyme appelée guanosine monophosphate cyclique (GMPc). Celle-ci entraîne la dilatation de muscles vasculaires, ce qui augmente le flot sanguin et produit l’érection. Après avoir agi, la GMPc doit être dégradée afin d’empêcher une érection permanente. Ceci se fait par l’intermédiaire d’une autre enzyme, la GMPc phosphodiesterase spécifique de type 5 (PDEF5). Chez les personnes souffrant d’impuissance sexuelle, la production de la GMPc n’est pas suffisante pour maintenir le flot sanguin et l’érection n’a pas lieu. La molécule de sildenafil y remédie en bloquant la PDFE5, l’enzyme de dégradation de la GMPc.

Il est à noter que malgré sa grande médiatisation, le Viagra n’est pas le premier médicament à avoir été développé pour le traitement de l’impuissance sexuelle. Le premier a été Caverject (alprostadil). Ce produit a été approuvé en 1995, trois ans avant le Viagra. Caverject n’a jamais atteint la popularité du Viagra, probablement en raison de son mode d’utilisation. Il doit être injecté directement dans le pénis avant chaque épisode sexuel.

P.S. Pour ceux qui souhaiteraient trouver une autre utilisation aux comprimés de Viagra, le médicament empêche les fleurs coupées de se faner trop rapidement lorsqu’on l’ajoute à l’eau du vase.

Ariel Fenster

Leave a Reply

Spam Protection by WP-SpamFree

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.