La gomme à mâcher – la crainte du jour

GOMMEEn 1912, le chimiste allemand Fritz Klatte eut l’idée d’ajouter de l’acide acétique à l’acétylène, créant ainsi une nouvelle molécule, l’acétate de vinyle. Une découverte qui lança toute une industrie et qui était basée sur le fait que ces molécules sont capables de se joindre les unes aux autres pour former une longue chaîne, le polymère de polyacétate de vinyle. Dû à ses propriétés de flexibilité, le polyacétate de vinyle se retrouve dans de nombreux produits: la peinture au latex, la colle blanche, l’enduit dans la fabrication du papier et de textiles. Mais une de ses applications, associée à ses propriétés caoutchouteuses, a fait récemment les manchettes en raison de sa présence dans la gomme à mâcher. Il ne fait pas de doute que le polyacétate de vinyle en lui-même est non-toxique; d’ailleurs, on le retrouve dans les pellicules comestibles qui recouvrent certains aliments. Pour le monomère, l’acétate de vinyle, c’est une autre affaire. Le gouvernement canadien vient d’inclure la molécule parmi les 11 nouvelles « substances toxiques » sur le registre environnemental de la LCPE (Loi canadienne sur la protection de l’environnement). Une décision en conformité avec celle du Centre international de recherche sur le cancer, une des divisions de l’Organisation mondiale de la santé, où l’acétate de vinyle est classé possiblement cancérigène pour les humains. Mais pour le consommateur, ce qui est important, c’est de savoir si de mâcher de la gomme faite de polyacétate de vinyle l’expose à des niveaux du monomère potentiellement cancérigène.

Une des études qui revient souvent à ce sujet est celle menée par la Fondation Ramazzini, en Italie. Celle-ci suggère, sur la base de tests sur des animaux de laboratoire, que l’acétate de vinyle est un cancérogène. Mais que veut dire « cancérogène » dans ce contexte? Essentiellement, n’importe quelle substance qui cause un cancer à n’importe quel animal et à n’importe quelle dose peut être classifié comme cancérogène. Mais si une substance est cancérogène pour des animaux de laboratoires dans les conditions de l’étude, cela ne veut pas dire quelle est cancérogène pour l’humain. Examinons de plus près l’étude Ramazzini. Pour les besoins de l’étude, les rats recevaient, soit de l’eau sans acétate de vinyle, soit de l’eau avec des concentrations d’acétate de vinyle allant jusqu’à 5 000 ppm. Des doses sans comparaison à celles auxquelles l’humain pourrait être exposé. Une concentration de 5 000 ppm équivaut à 5 grammes par litre. Une telle concentration de sel dans de l’eau la rendrait complètement imbuvable. Et pourtant, les rats testés ont bu continuellement de l’eau à cette concentration d’acétate de vinyle pendant 100 jours d’affilés. Dans ces conditions, les chercheurs ont remarqué une légère augmentation des taux de certains cancers parmi les rats femelles (mais pas mâles), et également chez leurs descendants, par rapport aux groupes de contrôle. Malgré cela, les différences pour ces cancers étaient si faibles que pour l’ensemble de tous les cancers il n’y avait pas de différence entre les groupes.

Il ne fait pas de doute qu’un mâcheur de gommes au polyacétate de vinyle s’expose à de petites quantités d’acétate de vinyle. Celles-ci peuvent provenir de la polymérisation incomplète du monomère ou de la dégradation du polyacétate de vinyle avec le temps. Mais comment ces quantités se comparent-elles aux doses auxquelles les rats de l’étude italienne étaient soumis. Une personne de 50 kg devrait mâcher l’équivalent de 30 000 tablettes par jour avant d’atteindre les quantités d’ l’acétate de vinyle associées à la légère augmentation des taux de cancers des animaux de laboratoire. Les mâcheurs peuvent se rassurer; dans la mesure où ils se limitent à 30 000 tablettes par jour, ils peuvent continuer à mâcher en toute quiétude.

Ariel Fenster

Leave a Reply

Spam Protection by WP-SpamFree

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.