Perdre des centimètres sans efforts?

botoxAprès les injections de Botox pour estomper les rides, c’est au tour du « lipodissolve », sensé faire disparaître les bourrelets de graisse localisés, de faire fureur auprès des baby boomers, en quête de jeunesse éternelle. La technique implique l’injection à intervalles réguliers dans les régions à traiter d’un produit qui, d’après ses promoteurs, « dissout » les cellules de graisse. Le composé est principalement constitué de phosphatidylcholine (PC), un agent naturel extrait du soja mais qui se rencontre aussi dans de nombreux tissus animaux et végétaux. Initialement, le PC a été introduit sous le nom de Lipostabil comme traitement intraveineux des plaques de graisse artérielle. Son utilisation cutanée à des fins cosmétiques n’est reconnue par aucune agence gouvernementale, ni la FDA ni Santé Canada. Ceci ne semble pas contrarier la popularité du traitement. Une clinique des États- Unis au nom évocateur de « Fig » (abréviation de figure) qui se spécialise dans la technique rapporte plus 100 000 traitements de « lipodissolve » au cours des deux dernières années. Ceux-ci touchent en particulier le double menton, l’abdomen et les poignées d’amour. Typiquement, le traitement demande entre 4 à 6 séances d’injections, espacées de quelques semaines, et le coût moyen se situe aux alentours de 2 000 $. D’après les médecins qui la pratiquent, la technique est sans danger et les effets secondaires – typiquement picotements, rougeurs et oedèmes – sont rares. Mais cet avis n’est pas partagé par d’autres médecins qui questionnent à la fois l’efficacité de la technique et son innocuité. Plus particulièrement, la question est de savoir ce qu’il advient de la graisse ainsi traitée. Est-elle éliminée dans les selles et l’urine, comme le prétendent les promoteurs du « lipodissolve », ou bien redistribuée dans d’autres parties du corps, les artères par exemple, avec des conséquences néfastes à long terme? Avant d’avoir de plus amples données, il serait peut être plus prudent de vivre avec ces quelques bourrelets superflus.

Ariel Fenster

Leave a Reply

Spam Protection by WP-SpamFree

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.