Le chocolat comme poison

Depuis quelques temps, on parle beaucoup des vertus du chocolat. Riche en antioxydants, il fait les manchettes pour la prévention des maladies cardiaques. Si le chocolat peut être bénéfique pour l’humain, il n’en est pas de même pour certains animaux, pour lesquels il est peut être mortel. En effet, le chocolat contient une classe de composés chimiques appartenant à la même famille que la caféine, soit les méthylxanthines. Ceux-ci sont de légers stimulants pour l’être l’humain mais des poisons pour une variété d’animaux. Une simple barre de chocolat noir non sucré contient assez de méthylxanthines pour tuer un chien de taille moyenne. Les chiens sont particulièrement susceptibles parce que, contrairement à l’humain, ils n’ont pas la capacité de métaboliser, c’est-à-dire de détoxifier, très rapidement les méthylxanthines et ceux-ci atteignent très rapidement des niveaux toxiques. Cet effet a donné l’idée à des chercheurs américains d’examiner l’utilisation du chocolat pour le contrôler la population de coyotes. Ces derniers font de sérieux ravages dans l’Ouest du pays. Non seulement ils tuent près de 50 millions $ en bétail chaque année, mais ils sont aussi capables d’attaquer les humains et les animaux domestiques. L’érection de barrières n’est pas très efficace et c’est la raison pour laquelle dans certaines régions on pratique l’élimination systématique des coyotes. Un choix écologiquement discutable mais ce qui est certain c’est que le poison normalement utilisé, le cyanure présente de nombreux problèmes. En particulier dû au fait qu’il soit également très toxique pour l’humain et la plupart des animaux. D’après les premiers résultats obtenus, un mélange de méthylxanthines similaire à ce que l’on retrouve dans le chocolat est aussi efficace que le cyanure sans en présenter les dangers.

Ariel Fenster

Le chocolat contre la fatigue chronique

chocolateLes résultats d’une étude menée par des chercheurs britanniques chez des personnes souffrant de fatigue chronique suggèrent qu’une dose quotidienne de chocolat noir améliore leurs symptômes de manière appréciable. L’étude à double insu comparait l’effet du chocolat noir à celui d’un placebo, dans ce cas du chocolat blanc teint en noir. Les patients ont reçu des doses de 15 grammes de chocolat noir trois fois par jour. Après 8 semaines de traitement, ils ont été soumis à deux tests standardisés qui sont normalement utilisés pour déterminer de manière objective le niveau de fatigue. Dans les deux cas l’amélioration a été statistiquement significative. De manière anecdotique, deux patients qui continuent toujours leur traitement, ont pu reprendre leur travail après plus de deux ans d’incapacité. D’après les chercheurs, la présence de polyphénols dans le chocolat noir améliorerait les niveaux de sérotonine au niveau du cerveau, un neurotransmetteur dont les fluctuations ont été liées aux symptômes de fatigue chronique. Ce sont ces mêmes polyphénols qui sont associés aux aspects bénéfiques du chocolat dans la prévention des maladies cardiaques. Si vous êtes intéressés à en savoir plus sur le chocolat, j’ai donné une conférence intitulée “L’histoire et la science du chocolat” au congrès annuel de l’Association pour l’enseignement de la science et de la technologie au Québec (APSQ). Grâce au système audiovisuel “COOL” (COurses On Line) développé à l’université McGill, cette conférence a été captée « en direct » avec son et image et a été mise en ligne sur notre site www.cool.mcgill.ca. Vous pouvez accéder directement à la conférence en cliquant sur:

http://bcool.mcgill.ca/COOLLectureListing.aspx?Semester=SpecialLectures&Course=Confere ncesFrancais

Ariel Fenster

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.