Newer Entries »

L’Eglise catholique et la science

Screen Shot 2014-11-14 at 2.15.12 PMQuand le pape François a déclaré récemment dans un discours à l’Académie pontificale des sciences que l’évolution et le modèle du “Big Bang” ne sont pas contraires aux croyances catholiques, il a créé tout un émoi. Après-tout, nombreux sont ceux qui considèrent que l’Eglise est antiscience. Et ils peuvent citer de nombreux exemples pour étayer leur opinion. Galilée a été condamné par l’Inquisition pour avoir soutenu que le Soleil, et non la Terre, était le centre de notre système planétaire. Giordano Bruno, qui a été brûlé sur le bûcher pour ses idées iconoclastes, est considéré comme un martyr de la science.

Pourtant aujourd’hui, la position de l’Eglise catholique sur différents aspects scientifiques est beaucoup plus en ligne avec le consensus scientifique. Nombreux fondamentalistes protestants croient en un monde créé par Dieu dans sa forme actuelle, il y a moins de 10.000 ans (une opinion partagée par 40% des Américains). En revanche, l’Eglise catholique, elle, a eu une attitude beaucoup plus ouverte vis-à-vis de la théorie de l’évolution. Lorsque Charles Darwin a publié en 1859, De l’origine des espèces l’Église n’a pas condamné ses thèses, mais elle n’a simplement pas pris position sur le sujet (bien que le clergé local ait eu tendance à y être hostile). Après plus de cent ans, en 1950 le Pape Pie XII, dans son encyclique Humani Generis accepta l’évolution comme une “possibilité” (par opposition à une “probabilité”) qui justifie d’être étudié plus en profondeur. En 1996 le Pape Jean-Paul II a déclaré dans une déclaration à l’Académie pontificale des sciences que l’évolution est “plus qu’une hypothèse”. Il est intéressant de noter dans ce contexte qu’avant Darwin, Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829), éduqué chez les jésuites, fut le premier à postuler que les espèces pouvaient développer de nouveaux traits nécessaires à leur survie et que ces traits pouvaient être transférés à leur descendance. Quant à la théorie du “Big Bang”, elle fut d’abord proposée par le prêtre belge Georges Lemaître qui plus tard devint président de l’Académie pontificale des sciences.
L’Académie pontificale des sciences a été justement créée en 1936 par le pape Pie XI pour conseiller le pape sur les questions scientifiques d’actualité. Elle est composée de 80 membres, tous scientifiques éminents avec de nombreux détenteurs de prix Nobel. Cela va du Canadien John Polanyi à l’Israélien Aaron Ciechanover. Le président est Werner Arber, prix Nobel 1978, pour son travail sur la technologie de l’ADN recombinant. Werner Arber est le premier protestant à occuper ce poste.

L’Académie n’a pas peur d’aborder des sujets controversés. En 2009, un groupe de ses membres, dirigé par Werner Arber, prit position sur les OGM en déclarant qu’ils étaient utiles pour combattre la faim et la pauvreté dans le monde. De plus, le groupe attaque les critiques de la technologie en indiquant que leur opposition est non fondée sur la science et qu’elle empêche ou ralentit, le développement de cultures qui pourraient profiter aux pays du Tiers-Monde.

Le pape François, qui a une formation scientifique avec un master en chimie, est un fervent partisan du “développement durable”. Dans un récent discours, il a plaidé pour le «respect de la beauté de la nature ». Il a souligné la nécessité de « sauvegarder la Création, parce que si nous détruisons la Création, la Création va nous détruire.”

L’ouverture de l’Eglise est beaucoup plus limitée sur ce qu’elle considère comme des questions de morale ou d’éthique. Il est largement admis que l’usage du préservatif est le moyen le plus fiable, en dehors de la méthode de l’abstinence irréaliste promue par l’Eglise, pour prévenir la propagation du sida. Pourtant, lorsque le pape Jean Paul II a visité la Tanzanie, un pays où le sida est endémique, il a déclaré que les préservatifs étaient “en toutes circonstances” un péché. Il sera intéressant de voir si l’Eglise catholique sous le Pape François va aussi évoluer sur cette question.

Professeur Ariel Fenster
Organisation pour la science et la société de l’Université McGill
514 398-2618
http://www.mcgill.ca/oss/

La première guerre mondiale et le tabagisme

guerre«Si vous me demandez ce dont nous avons besoin pour gagner cette guerre; je réponds, du tabac autant que des balles “. C’est ainsi que le général John Pershing, commandant du corps expéditionnaire américain répond en 1917 à Washington. Une illustration du rôle que jouait le tabac dans la vie du soldat pour lui permettre de supporter l’enfer des tranchées

Lorsqu’on parle des millions de morts de la première guerre mondiale cela ne tient  pas compte de tous ceux qui sont décédées subséquemment à cause du tabagisme acquis justement dans les tranchés. Tabagisme associé entre autre au développement de l’usage de la  cigarette.

La cigarette a été découverte par les soldats français et anglais pendant a guerre de Crimée (1853-1856). Ils  y combattaient, aux côté des Turcs , les Russes. Les Turcs  avait l’habitude fumer leur tabac enroulé dans du papier et en transmirent le gout à leurs alliés*. Pourtant au début de la première guerre mondiale la plupart des soldats, surtout le “poilus” français, continuaient à fumer la pipe, moins chère d’utilisation que la cigarette.

Très rapidement la vie dans les tranchées changea la situation et amena au remplacement de la pipe par les cigarettes. Le fumeur de pipe devait  garder sa ration de tabac au sec ce qui n’était pas évident  dans les tranchées humides des Flandres. La pipe doit souvent être rallumée, pas très pratique et potentiellement dangereux, surtout la nuit lorsque cela peut attirer l’attention de l’ennemi en face. Finalement cela prend moins de temps de fumer une cigarette, un aspect important pour un soldat qui peut être amené à se déplacer très rapidement sous le feu ennemi.

Non seulement  les cigarettes faisait partie de la ration des soldats mais les compagnies de tabac encourageaient les familles, et les organismes sociaux, à envoyer des cigarettes aux soldats**.  Les compagnes de tabac se faisaient une lutte acharnée pour avoir une part de ce marché lucratif développant des techniques de marketing qui leur rendirent grand service par la suite.

Non seulement la guerre amena une augmentation dans la consommation de tabac mais aussi dans la manière de le fumer. Alors que le tabac pour pipe était trop irritant pour inhaler, ce  n’était pas le cas du tabac à cigarette beaucoup plus doux. Il pouvait être aspiré dans les poumons avec les effets nocifs en conséquence. Avant la première guerre mondiale le cancer du poumon était une maladie extrêmement rare en Amérique du Nord. Elle touchait moins de 400 personnes par an (surtout des ramoneurs). Aujourd’hui c’est de l’ordre de 150,000.

La première guerre mondiale encouragea aussi les femmes à fumer. De fumer la pipe aurait été  trop “macho” pour une femme à l’époque.  Mais les femmes voyant leur mari fumer des cigarettes à leur retour du front  décidèrent que cela leur convenait aussi. Les compagnies de tabac accélérèrent le mouvement  en lançant des campagnes de publicité ciblant les femmes en particulier. Phillip Morris en particulier fit la promotion de leur marque “Marlboro” comme des “cigarettes pour les femmes”.

Les chiffres soulignent l’impact de la première guerre mondiale sur le tabagisme. Avant le conflit la consommation de cigarettes aux États-Unis étaient de 151 cigarettes par an et par personne. Après la guerre elle a plus que triplé pour passer 477.

Pour terminer je voudrais commenter la photo qui illustre cette manchette. Il s’agit d’un soldat allemand donnant tu feu à un soldat britannique. La photo a été prise le 25 décembre 1914 durant la fameuse “trêve de Noël”***. Pendant  quelques heures les soldats des deux bords ont arrêté de se battre et on fraternisé. Malheureusement cela n’est arrivé qu’une fois pendant tout la guerre, mais sur cette photo cela s’est fait autour d’une cigarette.

—————————————————————————————————————————————–

*C’est de la guerre de Crimée que vient l’idée que cela porte malchance d’allumer trois cigarettes avec la même flamme. La guerre de Crimée était déjà une guerre ou les ennemis se faisaient face dans des tranchées. A la première cigarette le soldat en face vous remarquait, à la deuxième il visait et à la troisième…

** Étrange  mais vrai,  le YMCA avait engagé un chien, surnommé “Dobut”, pour parcourir les tranchées  avec  des paquets cigarettes attachées au corps  pour les distribuer aux soldats. http://www.freewebs.com/cigpack/cigarettesmokingwwi.htm

*** Le très beau film “Joyeux Noël” est basé sur cette histoire.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Joyeux_No%C3%ABl_(film)

Professeur Ariel Fenster
Organisation pour la science et la société de l’Université McGill
514 398-2618
http://www.mcgill.ca/oss/

Newer Entries »
Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.