Des repas plus colorés

Le domaine de la santé a beaucoup évolué au cours des dernières décennies. Les spécialistes de la santé encouragent désormais leurs clients à avoir de saines habitudes de vie en favorisant une alimentation équilibrée et en étant plus actifs. En janvier dernier, le nouveau guide alimentaire canadien fut dévoilé au grand public et celui-ci fait beaucoup parler. 

Le nouveau 

Gouvernement du Canada, 2019

Le nouveau guide est représenté par une assiette comprenant trois catégories d’aliments soit les légumes/fruits, les aliments protéinés et les aliments à grains entiers. Ce guide invite les citoyens à manger des légumes et des fruits en plus grande variété et quantité. Santé Canada recommande que chaque repas soit composé de 50% de légumes/fruits. Le guide encourage les gens à consommer des aliments protéinés représentant une proportion de 25% de l’assiette. Dans cette catégorie, on y retrouve des protéines végétales ( lentilles, légumineuses, tofu, noix et graines) et certaines protéines animales (poulet, bœuf, saumon, œufs et yaourt). La troisième et dernière catégorie regroupe les aliments à grains entiers (riz, pâtes alimentaires, pain, quinoa, etc.) et devrait représenter 25% de l’alimentation selon Santé Canada. Finalement, le nouveau guide alimentaire encourage la population à boire principalement de l’eau pour rester hydratée.

L’ancien 

Gouvernement du Canada, 2007

Le précédent guide alimentaire avait fait son apparition en 2007. Celui-ci comprenait quatre catégories d’aliments soit les légumes/fruits, les produits céréaliers, les produits laitiers et les viandes/substituts. La catégorie légumes/fruits incluait une variété d’aliments frais, surgelés et en conserve. Le groupe produit céréalier était représenté par du pain, du riz, des céréales, des pâtes alimentaires, etc. Les produits laitiers, quant à eux, incluaient différents fromages, yaourts, et laits. La dernière catégorie d’aliment était les viandes et substituts; celle-ci était composée de légumineuses, de volaille, de bœuf, de poisson, d’œufs, de noix, de graines et de tofu. Le Guide Alimentaire de 2007 représentait ses catégories en forme d’arc-en-ciel proposant à la population de consommer une plus grande quantité de légumes/fruits que viandes/substituts, mais les proportions de chaque groupe d’aliment étaient nébuleuses.

Changements

Le principal changement entre les deux guides alimentaires est dans la présentation; les proportions de chaque catégorie d’aliments sont mieux établies et plus faciles à quantifier dans le guide de 2019. Un autre changement entre les deux guides est le retrait de la catégorie des produits laitiers dans le guide de 2019. Pour la catégorie d’aliments grains entiers/produits céréaliers, on peut observer une petite différence quant au type d’aliments suggérés puisqu’on favorise les grains entiers dans le guide de 2019. La catégorie d’aliments protéinés reste semblable toutefois, le guide de 2019 est représenté par une plus grande proportion d’aliments d’origine végétale qu’animale et cette catégorie inclut désormais des produits laitiers. Finalement, la catégorie d’aliments légumes/fruits ne semble pas être vraiment différente entre les deux guides alimentaires.

Avis de professionnels 

Plusieurs professionnels de la santé sont ravis de voir que le nouveau guide favorise les grains entiers. De plus, pour la diététiste Pascale Messier, l’aspect visuel du nouveau guide est très intéressant puisqu’il permet à la population de mieux définir quelle quantité de chaque catégorie d’aliment à inclure dans notre assiette (Gaulin et al., 2019). Selon le nutritionniste Hubert Cormier, le nouveau Guide alimentaire est complet, mais un peu trop simple. Il apprécie que le guide présente une panoplie d’aliments sains et encourage la population à avoir des repas équilibrés, ce qui peut aider à réduire le risque de certaines maladies. Toutefois, il déplore le manque d’information sur l’aspect psychologique de l’alimentation (Cormier, 2019).

Somme tout, le nouveau guide alimentaire canadien semble être bien perçu par les professionnels et le public. Il est apprécié pour ses options d’aliments sains et pour sa facilité à quantifier chaque catégorie d’aliment à consommer. Toutefois, une question demeure sans réponse; est-ce le penchant pour les protéines végétales du nouveau guide ainsi que le retrait de la catégorie «produits laitiers» pourrait avoir un impact sur la demande d’aliments de provenance animale et ainsi affecter l’agriculture canadienne?

Références

Cormier, H. 2019. Tout sur le nouveau guide alimentaire canadien : l’avis d’un nutritionniste. Disponible à l’adresse suivante : https://www.hubertcormier.com/new-blog/2019/1/22/tout-sur-le-nouveau-guide-alimentaire-canadien-lavis-dun-nutritionniste(Page consultée le 9 février 2019). Hubert Cormier blog. Montréal, QC.

Gaulin, G. et P. Gervais. 2019. Des professionnels de la région saluent le nouveau Guide alimentaire canadien. Disponible à l’adresse suivante : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1148381/professionnels-guide-alimentaire-canadien-alimentation-outaouais-ottawa(Page consultée le 9 février 2019). Radio-Canada, Ottawa, ON.

Gouvernement du Canada. 2019. Guide alimentaire en bref. Disponible à l’adresse suivante : https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/guide-alimentaire-en-bref/(Page consultée le 9 février 2019). Gouvernement du Canada, Ottawa, ON.

 

 

Leave a Reply

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.