Réchauffement climatique : répercussions sur notre agriculture

En ce froid mois de février, parlons d’un sujet préoccupant : le réchauffement climatique. Alors que certains grands penseurs pourraient nier ce phénomène (après tout, nous avons eu des températures bien en-dessous la  normale cet hiver, n’est-ce pas?), la communauté scientifique s’entend tant qu’à elle pour dire que le réchauffement climatique est bien réel et qu’il nous impacte déjà.

En effet, on s’attend à une hausse de 5°C de la température moyenne de l’atmosphère d’ici 2 100, et ce, à cause de l’émission massive de gaz à effet de serre (Berteaux, 2014). Conséquences? Une augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère, une augmentation du stress hydrique, des étés plus chauds et la migration vers le Nord de nouvelles espèces d’insectes sont prévus (Sujayanand et Karuppaiah, 2016; Bélanger, 2002).

En terme de température, les changements ne sont pas tous néfastes pour l’agriculture. Des étés plus chauds permettront une plus grande accumulation de degrés-jours de croissance (DJC) et d’unités thermiques maïs (UTM).  Dans le cas du maïs, on s’attend à une augmentation provinciale moyenne de 29 %, passant de 2 390 à 3 088 UTM, ce qui permettra aux producteurs d’utiliser des variétés plus tardives qui ont un meilleur rendement. Pour les DJC, qui concernent les plants fourragères, leur augmentation permettrait aux producteurs une coupe supplémentaire (Bélanger, 2002).

Image result for climate change agriculture

Champ affecté par la sécheresse. Source : USDA

La plus grande concentration de CO2 dans l’atmosphère pourrait également favoriser certaines de nos cultures. En effet, la photosynthèse dans celles-ci est contrecarrée par un phénomène nommé la photorespiration, où la plante fixe de l’oxygène à la place du CO2, ce qui se traduit par une perte d’efficacité. En augmentant le CO2 par rapport à l’oxygène, la photorespiration pourrait être diminuée à la faveur de la photosynthèse (Bélanger, 2002).

Si les plantes fourragères pourront potentiellement produire plus, leur survie hivernale est cependant menacée par le réchauffement climatique. En effet, les automnes deviendront de plus en plus doux, ce qui altèrera le processus d’endurcissement, au cours duquel les plantes se préparent pour passer l’hiver en stockant des réserves dans les racines. De plus, on s’attend à des chutes de neige moins abondantes durant l’hiver, ainsi qu’à des épisodes de redoux. Cela causera deux problèmes : premièrement, la couverture de neige isolante sera moins épaisse et présente moins longtemps dans les champs, exposant les plantes aux températures plus froides de l’air. Ensuite, les redoux suivis d’une baisse de température provoqueront la fonte des neiges, puis de leur regel en glace, qui suffoque les plantes (Bélanger et al, 2002).

Le réchauffement climatique n’affectera pas seulement les plantes. Les insectes, qui sont des animaux à sang-froid, sont principalement limités par la température en ce qui concerne leur habitat naturel.  Tout comme les plantes, on utilise le système de degrés-jours pour prévoir leur développement. Donc, dans un environnement plus chaud qui accumule plus de degrés-jours, des insectes méridionaux pourront migrer vers le Nord. Parmi ceux-ci se trouveront inévitablement des ravageurs contre lesquels les producteurs devront apprendre à lutter d’une façon ou d’une autre (Sujayanand et Karuppaiah, 2016). Quelques exemples d’insectes récemment arrivés au Québec suite au réchauffement climatique sont la punaise marbrée, la punaise verte, la noctuelle de la tomate et la rouille asiatique du soya. Pour l’instant, ils n’infligent pas de dégâts importants aux cultures québécoises, mais ce sont des espèces à surveiller (Brochard, 2017).

Somme toute, nous sommes déjà impliqués dans les changements climatiques, et les choses ne font que commencer. Pour le Québec, la hausse des températures peut représenter une opportunité de produire de nouvelles espèces ou variétés végétales. Cependant, il faut également s’attendre à des impacts négatifs sur les cultures présentement implantées.

 

Références :

 

 

Leave a Reply

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.