Le chia québécois: un marché prometteur en phase avec son ère

                            Dans ce nouvel entrain pour les produits “bonne santé” de la population québécoise de ces dernières années, une information toute particulière attire notre attention : la culture d’un chia biologique serait possible au Québec ! Sachez donc qu’elle est même plus que possible, elle est avantageuse et compétitive. En effet, cette petit pseudo céréale (salvia hispanica) cultiver depuis des milliers d’année en Amérique latine serais sur le point de faire sont entrer dans le secteur de production agricole québécois.

Une aubaine pour les amateurs de produit locaux et de bonne santé. Le chia est riche en omega-3, en fibre, en calcium, en zinc et passons, faisant de ce produit un complément alimentaire idéal pouvant accompagner tous les régimes alimentaires à une ère riche en diversité et en demande. Suite à une recherche mener par Phillips et Hildebrand (2012) à l’Université du Kentucky, une lignée de chia fleurissant sous des photopériodes deux heures plus long que la normal, ouvrent les portes de la production de chia dans les pays ayant des journée plus long que les pays équatoriaux. A une époque où la population se soucie plus que jamais de la provenance des aliments qui se trouve dans son assiette on n’aurait pas pu mieux tomber. La production d’un chia québécois limiterais considérablement l’impact environnemental dû à l’importation d’un produit comme celui-ci, et offrirais au consommateur canadien un produit de qualité contrôler à un prix raisonnable.

Image result for chia plant

Suite à la recherche mener par Josée Boisclair, chercheuse à l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), de Saint-Bruno-de-Montarville nous savons que cette plante offre des rendements très compétitif avec des marges sur coups variable (MCV) pouvant excéder les 1575$/ha pour un rendement moyen des 1000kg/ha. De telle chiffre pourrais facilement augmenter avec une bonne gestion des mauvaises herbes et une amélioration des précéder de récolte, pouvant même devancer les rendements de production moyen de l’Argentine. “Un producteur pourrait espérer obtenir une MCV similaire à celle du soya biologique destiné à l’alimentation humaine.” Les quelques challenges lier à la production de cette plante au Québec sont majoritairement lier à sa nouveauté sur la scène agricole canadienne (approvisionnement en semence, etc…). Ceci ne peut que nous laisser imaginer quel rendement futur nous pourrons atteindre.  

En plus d’être compétitif dans le secteur, la culture de cette plante offre une barrière efficace contre les maladies et les insectes ravageur. En effet, le chia, étant une plante nouvelle dans l’écosystème canadien, est donc particulièrement résistante au invasion d’insectes. De plus, cette plant décrite comme aromatique, a pour particularité d’attirer les insectes bénéfiques, offrant une pollinisation optimale sur les lieux de culture. Elle permettrait aussi de briser les cycles de maladie au seins d’une production, faisant d’elle une culture de rotation efficace et rentable.

De multiple bénéfices sociaux-environnemental, ainsi qu’un marcher fleurissant découlerais de la naissance d’un tel secteur de production. Offrant une l’option de consommer localement et enraillant une machine agro-économique international peu soucieuse de l’équité des échanges et des conditions de travail et de production de ses “bénéficiaires”. Une genèse en phase avec la volonté grandissante de tout un chacun de consommer de manière consciente, et responsable. Ce nouveaux secteur de production es une occasion de montrer que nous avons appris de nos erreurs et que nous puisons dans nos connaissances, une opportunité de crée un système agricole industriel efficace, s’inscrivant dans la dynamique de développement durable. Les ressources sont disponibles, la main d’œuvre est éduquée, la production est locale et les carte sont entre nos mains

 

Références :

T.H.Chan, Havard. “Chia Seeds.” The Nutrition Source, 30 May 2018, www.hsph.harvard.edu/nutritionsource/food-features/chia-seeds/.

Guillaume, Cloutier. “Culture Du Chia Biologique Au Québec : Possible Et Payante.” La Terre De Chez Nous, 30 May 2018, www.laterre.ca/actualites/cultures/culture-chia-biologique-quebec-possible-payante.

Jochems-Tanguay, Laurence, and Josée Boisclair. “LE CHIA : UNE NOUVELLE CULTURE POUR LA PRODUCTION BIOLOGIQUE AU QUÉBEC .” Https://Www.mapaq.gouv.qc.ca, 2018, www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Recherche_Innovation/Culturesspéciales/IA215448.pdf.

 

 

2 responses to “Le chia québécois: un marché prometteur en phase avec son ère”

  1. charlottecoutinbeaulieu says:

    1. Le titre de l’article est révélateur et évoque l’essentiel du contenu de l’article. En revanche, à mon avis, il est un peu trop long et ne permet pas au lecteur d’être attiré par le titre au premier regard.
    2. Le message que j’ai su tirer de l’article est que le chia a un avenir avec beaucoup de potentiel au Québec et que la demande pour un tel produit est bien présente.
    3. Un aspect fort de l’article est qu’un survol complet du marché du chia québécois est fait, en commençant par les bénéfices nutritionnels du chia, l’intérêt des québécois pour les produits « santé » et leur traçabilité ainsi que les avantages économiques, biologiques, sociaux et environnementaux de ce grain.
    4. L’argument économique est d’après moi le plus convainquant puisqu’il est fondé sur une étude de l’IRDA basée sur la production québécoise.
    5. Cependant, puisque l’article doit être court, il aurait été nécessaire de chiffrer ou de donner des exemples précis au lieu de faire des phrases ouvertes ou vagues comme : « limiterais considérablement l’impact environnemental ». Une autre approche pour obtenir un texte plus éloquent serait de choisir un aspect décrit dans le survol fait dans l’article et de l’approfondir.

    Charlotte

  2. sandrinedelattre says:

    1. Descriptif et long
    2. La production de chia au Québec est possible et elle a le potentiel d’être profitable et écologique
    3. L’auteur considère plusieurs aspects de ce sujet, soit l’économie, l’environnement la valeur nutritive du chia et la demande des Québécois, entre autres. Ça rend son propos plus convaincant et complet.
    4. Le meilleur argument du texte est la contribution du chia au niveau de l’environnement au Québec. L’auteur parle de la diminution du transport pour l’importation du produit, mais aussi comment cette culture affectera l’agro-écosystème québécois. Ce dernier point est bien expliqué et étoffé.
    5. L’auteur devrait réviser son texte pour les fautes de français, car ça rend le texte difficile à suivre, et ça lui enlève de la crédibilité. Il pourrait également présenter des statistiques chiffrées quant à la consommation de chia par les Québécois et le prix qu’on peut payer dans les épiceries. La division des paragraphes serait à revoir, pour séparer chaque élément du texte (valeur nutritive, description agronomique de la plante, économie, etc.). On parle surtout d’avantages du chia, alors ça pourrait être intéressant d’approfondir sur les désavantages du chia.

Leave a Reply

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.