Dieu merci, je suis aux études pendant que mes enfants sont jeunes

Instagram / @gradlifemcgill by @fanidee

Instagram / @gradlifemcgill by @fanidee

J’ai parlé ICI des désavantages d’avoir des enfants tout en étant aux études graduées. Ce n’est pas facile tous les jours, mais les avantages sont tout de même nombreux. Oui, oui!

D’abord et avant tout, c’est fantastique d’avoir (en tout cas en histoire) un horaire flexible. Mes heures de TA sont au milieu de la journée, je ne suis donc jamais à la course le matin pour aller porter les enfants à la garderie. Surtout lorsque mon plus vieux entrait dans son «terrible two», ne pas être pressée était une véritable bénédiction lors des crises de bacon matinales. Le soir je vais chercher F-A et M-A à 17h, ce qui me permet d’avoir assez de temps pour préparer le souper et pour jouer avant le dodo.

Pouvoir travailler de la maison est aussi un avantage non négligeable. Surtout après des nuits mouvementées où le sommeil s’est fait rare. Sortir à McGill après un maigre trois heures de sommeil? Non merci, je préfère écrire en pyjama de mon salon et ne montrer mes cernes qu’à mon chat. Si la productivité n’est pas au rendez-vous, une petite sieste permet de me remettre d’aplomb.

(more…)

Graduate student + mom : the disadvantage

Instagram / @gradlifemcgill by @fanidee

Instagram / @gradlifemcgill by @fanidee

 

While I love being a mother-graduate-student (and I will later write a whole post about the advantages), sometimes, it is quite difficult. Here some of the reasons:

  • I am very lucky because I got a couple of months of paid maternity leave for each of my child. But not all graduate students can say the same.
  • I hate pumping my milk every day (and I don’t want to give baby formula milk). I am lucky to have an office, because Thompson House is kind of far.
  • You know this crazy lecture with a superstar scholar? If it’s in the evening and my partner is not at home this day… I will miss it.
  • Since most of the academic activities (GradLife meetings, parties, going out with friends) are in the evening, even if my partner is at home, I will be absent. Taking care of two young boys and putting them to bed alone is quite a challenge, so their father and I try to be together with them most of the time. I am going out sometimes with my old friends, but the problem is I don’t really have the time or the opportunity to make new ones at McGill. It is not because I don’t want to know you, guys!

(more…)

Yes, they exist! McGill’s resources for students parents

McGill Family Care Program/ Facebook

McGill Family Care Program/ Facebook

 

As I said, I started a PhD with a 5-months baby at home. I thought I was alone in the world (ok, on the campus), but no! Last year, I don’t remember how, I learned that McGill has just created the Family Care Program. Because students parents are maybe not a big part of the McGill community, but they are certainly not a few, even if they are hard to track.

So I asked the new Family Coordinator, Julia Pingeton, a few questions about the program. I hope it will help other students parents.

Why does the Family Care Program exist?

The Family Care Program exists at McGill because the Senate Subcommittee on Women saw the need for someone dedicated to serving student and staff needs. There has always been someone working on family issues with the faculty at McGill, as the faculty relocation advisor, but there was very little in terms of support for students and staff. They got support from many other groups involved in family care and were able to fund a grant for this position for two years! This program aims to connect students and staff with children with resources on campus and in the greater Montreal community.

(more…)

Devoir concilier études graduées et maternité

PHDComics.com

PHDComics.com

 

Le 11 février 2013, vers 7h du matin, j’ai découvert avec surprise que j’étais enceinte. Vers 13h le même jour, je recevais un courriel de McGill disant que j’étais acceptée au doctorat en histoire avec une bourse d’entrée. Il y a des jours comme ça où une grosse nouvelle n’attend pas l’autre. Après avoir paniqué, je me suis dit que l’Univers m’envoyait un signe: « go, ma grande, fais les deux.»

Marion a écrit à propos de la conciliation études et travail à temps plein. Personnellement, je dois conjuguer avec la maternité qui prend – littéralement – tout mon temps. J’ai maintenant deux enfants. F-A qui vient de terminer (heureusement) sa phase de terrible two et M-A qui nous gazouille ses sourires du haut de ses 5 mois.

Et je fais un doctorat.

Ces deux aspects de ma vie ont vraiment beaucoup en commun.

D’abord, c’est du temps plein, tout le temps, en tout lieu. Quand je suis à l’école, j’ai toujours mon cellulaire pas loin au cas où fièvre-bobo-autre frappe l’un ou l’autre de mes héritiers. Matins, soirs et fins de semaine sont dédiés à la vie familiale, soit amuser, nourrir et laver l’immense tas de linge sale des petits.

Le doctorat est aussi un plus que temps plein: je travaille dessus la semaine, le soir après le dodo des enfants, pendant les siestes et j’y pense quand mon cerveau n’est pas occupé à gérer des crises de jalousie ou des fous rires. J’y pense quand je pousse la poussette, quand je me couche, quand je range (encore) les jouets qui trainent.

@gradlifemcgill / Instagram

@gradlifemcgill / Instagram

Faire une recherche prenante, c’est comme un bébé: l’immense fierté des progrès, l’incertitude, la remise en question de mes compétences, l’exaspération quand rien ne va comme je veux. Et des fois j’ai envie de tout balancer par la fenêtre.

À intervalle régulier, j’ai juste envie de démissionner de ma thèse ou de ma vie de mère et d’aller vivre sur une île déserte un petit moment ou, de manière plus réaliste, d’aller dans un spa et un bar (ben oui). Mais inévitablement, quand ENFIN j’y arrive, je pense… aux enfants ou la recherche. Surtout s’il y a quelqu’un avec moi. En effet, je passe 100% de mon temps à être mère ou étudiante: les sujets de small talk ne sont pas si nombreux en dehors de ça!

Bref, être mère aux études graduées c’est prenant, épuisant, énervant et… je n’ai envie de faire rien d’autre.

Comment conciliez-vous études graduées à temps plein avec le reste de votre vie?

 

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.