Mes premiers pas dans l’univers du litige

By Marie-Denise Vane

 

Mon été de télétravail au sein de la Commission des services juridiques du Nunavut a été mon premier contact actif avec le monde du litige et le travail quotidien d’avocat.e. J’ai eu la chance d’assister des avocates spécialisées en droit criminel, de la famille et en protection de la jeunesse. Mon été 2020 c’était donc beaucoup de choses, dont certaines peuvent se résumer ainsi : effectuer de la recherche juridique, assister à des entretiens avec des clients, discuter moi-même avec certains d’entre eux, contacter des cautions potentielles, analyser de la législation, créer des documents administratifs et d’information. En somme, j’ai eu l’occasion d’apprendre. J’ai également vécu des premières fois mémorables. Pour la première fois, j’ai rédigé par moi-même et en entier le mémoire du demandeur en prévision d’une audience. Il était question de la constitutionnalité d’une peine minimale. Mémorable. Pour la première fois, j’ai représenté un client devant une cour de justice. À mon grand bonheur, au Nunavut, les étudiants en droit peuvent agir en tant que représentant de l’accusé, dans certains contextes et sous certaines conditions. J’ai donc représenté un client devant la Nunavut Justice of the Peace Court lors de sa première comparution : « Your Honor, I have spoken with Mr. X and reviewed his file with him. He wishes to enter a plea of not guilty. » Bref, certes, mais mémorable. Pour la première fois, j’ai effectué une recherche juridique qui a permis à une avocate d’établir un précédent dans sa juridiction et de gagner sa cause. Dorénavant, en ces temps inusités de pandémie, un.e juge de la Cour de justice du Nunavut devra considérer qu’un accusé s’est vu accorder un crédit supplémentaire pour son temps passé en détention provisoire durant la Covid-19. Mémorable.

 

À toutes ces expériences formatrices manquait malheureusement une chose à mon sens essentielle : le contact humain. Avoir l’individu en face de soi. Analyser le non-verbal. Pouvoir établir un lien. Partager ses propres impressions, et ressentir les émotions de l’autre. Une des avocates de la Commission me décrivait le rôle d’un.e avocat.e en droit de la famille comme étant multidimensionnel. Représenter à la fois le conseiller juridique, le « life coach », le psychologue et plus encore. J’estime que le contact humain permet d’assumer ces rôles de manière efficace et sincère en offrant une présence réelle à sa clientèle. Par contre, le contact humain implique aussi qu’il est essentiel de bâtir des « barrières émotionnelles » pour éviter d’être consumé par les problèmes de l’autre. J’aurais évidemment aimé pouvoir me rendre au Nunavut et vérifier ces affirmations par moi-même. Cependant, en repensant aux dossiers sur lesquels j’ai travaillé cet été et aux situations difficiles dans lesquelles se trouvaient les clients, je ne doute pas qu’elles soient vraies. Au final, ne pas avoir été en mesure de vivre le contact humain de la manière dont je l’aurais voulu m’a fait réaliser à quel point il s’agit d’une des facettes les plus importantes d’une pratique en litige selon moi.

 

Je termine en remerciant mes avocates mentor de m’avoir permis d’effectuer mes premiers pas dans l’univers du litige et en affirmant que j’ai très hâte d’entamer ma propre pratique, avec l’objectif de prôner le contact humain significatif au quotidien.

 

 

 

What happens to a community divided by an international border when the border closes?

Like most other communities in the world right, the COVID-19 pandemic has profoundly impacted the Mohawk community of Akwesasne.  However, while many of the disruptions to daily life Akwesasronon (Akwesasne community members) are experiencing may be familiar to outsiders, such as the need to practice physical distancing, working from home, and wearing a mask in public, one way in which this pandemic has impacted Akwesasne is quite unique: the Canada-US border closure.

A Community Divided by the Border

Akwesasne, a community of approximately 13,000 people, straddles Ontario, Quebec, and New York—a jurisdictional headache at the best of times.  Larissa Parker, last summer’s intern at the Akwesassne Justice Department, wrote a blogpost about Akwesasne’s unique jurisdictional challenges and the impact of the international border on Akwesasronon here.  To further complicate things, the part of Akwesasne that is in Quebec is an exclave—meaning it is only accessible by land via the US. In short, crossing the Canada-US border is an unavoidable daily reality for those living and working in Akwesasne.

Source: Meredith Holigroski (The Walrus)

All non-essential land travel between the Canada and the US has been shut down since March 21, 2020, as a way to limit the spread of COVID-19.  Initially announced as a month-long measure, this restriction on cross-border travel has been extended 4 times already, with predictions that it will stay in place for the foreseeable future. Further, anyone entering Canada from abroad is required by law to quarantine for 14 days. This has meant that my internship with the Akwesasne Justice Department has had to become remote. The Justice Department office is located in the Quebec exclave part of Akwesasne, meaning I would need to cross the border and report entry twice to get to the office and twice to get home every day.  Although there are exemptions to this border closure for critical healthcare and infrastructure workers who need to cross the border to get to work every day, my internship does not qualify for one. Closing the border and requiring 14 days of self-isolation following any border crossing for Akwesasne residents, however, is simply not practicable.  Residents need to cross the border to buy groceries, go to work, and access essential services such as banks, daycares, and healthcare providers.

Indian Status and the Right to Freely Pass

From the Treaty of Paris in 1783 and the Jay Treaty of 1795, to the Treaty of Ghent in 1812, the US and Britain signed a number of agreements establishing part of what is now the Canada-US border.  These agreements are ultimately what led to the community of Akwesasne being divided across jurisdictional boundaries.  Also included in the Jay Treaty and then reaffirmed in the Treaty of Ghent, is a recognition of Indigenous peoples’ right to freely pass the border. However, while the US recognizes the Jay Treaty, Canada does not.  That being said, residents of Akwesasne have been granted an exception under the current border closure, so long as they identify themselves at the border with their Indian Status card.  The majority of Akwesasronon have Indian Status, meaning they are allowed to continue to cross the international border that runs through their territory throughout this pandemic.  However, those without a Status Card have been left stranded in the part of the territory where they live.

Border officials are only accepting Indian Status Cards (issued by the federal government), and not Tribal Identification Cards (issued by the St Regis Mohawk Tribal Council on the American side of Akwesasne) to cross the border.  Indian Status eligibility is set out by the Indian Act, and has been subject to many criticisms due to its history of gender discrimination, its criteria that focuses on “blood quantum,” and the fact that it gives Ottawa the right to determine who is an “Indian,” rather than First Nations, themselves. This requirement means that Akwesasronon who are accepted as Mohawk by their community but are not eligible for or do not currently have a Status Card are unable to traverse their territory freely. These individuals are subject to all the border restrictions currently in place for other Canadian and American citizens. These restrictions, in turn, are severing family bonds in the community.

Many families in the region have a mix of Status and non-Status family members.  As of 2011, only about three-quarters of First Nations people in Canada were Status Indians, although Akwesasne-specific data is not available. The child of a Status Indian and a non-Status Indian or non-Indigenous person may or may not be eligible for Indian Status, depending on which provision of the Indian Act their parent received their Indian Status under.  The current border restrictions could prevent a non-Status child from seeing both of their parents if their parents live in different parts of the territory, or one lives off-reserve.  The restrictions could also limit the ability of one parent to bring their child to the other parent’s home. Furthermore, there have been cases of non-Indigenous spouses not being able to attend funerals or other important (socially distanced) family gatherings as a result of this border closure.

In addition to the way this closure is impacting families, it has also cut off many Akwesasronon from home services.  People like cable technicians, appliance repairpersons, plumbers, and electricians are unable to access the homes of many people in Akwesasne as a result of this border closure.  Even where they may technically be eligible for an exemption as an essential service provider, many are unwilling to come to Akwesasne due to the intense scrutiny they face when crossing the border.  And as for those residents who are still able to cross the border, there have been reports of increased harassment by border agents who are weary of Akwesasronon’s constant border crossings and concerned about the perceived health risk this poses.

Staying Safe during the Pandemic

Akwesasronon have valid concerns about their continued ability to traverse the international border that cuts through their community.  However, they also have fair reason to be concerned about the spread of the coronavirus in their community—the Canadian provinces and American state that surround Akwesasne have some of the highest infection rates in each country. In Canada, Ontario and Quebec have had the highest number of cases throughout the pandemic, with approximately 39,000 and 59,000 cases, respectively, confirmed to date.  Combined, this accounts for 85% of all cases in Canada. In the US, the state of New York was the epicentre of the pandemic towards the start, and now has the third highest number of cases confirmed, with 418,000, accounting for 10% of total cases in the country. So how is the community protecting itself from the spread of the coronavirus amid constant cross-border movement between regional hotspots?

Akwesasne has imposed its own quarantine requirements. Anyone who enters the territory from outside of the 50-mile (80-km) radius surrounding Akwesasne is required to self-isolate for 14 days.  This means that anyone coming from any of the major city hotspots near Akwesasne (Toronto, Montreal, New York City) is required to self-isolate upon entering Akwesasne, regardless of whether they crossed the border.

This approach seems to be working.  Since the start of the pandemic, there have been a total of twelve COVID-19 cases in Akwesasne.  Considering its proximity to hotspots and its unique jurisdictional challenges, this low infection rate is all the more laudable. But, if Akwesasne’s own quarantine requirements seem to be effective at slowing the spread of the coronavirus, why are non-Status community members being excluded from travel exemptions?  The answer to this is probably the same as to the question of why community members are forced to go through border checkpoints every day in the first place—the Canadian and American governments have a history of interfering with and challenging Akwesasne’s sovereignty, and the actions taken during this global pandemic are no different.

Ultimately, Akwesasronon are used to dealing with border troubles.  From racist encounters with border agents, to heavy fines for delaying or failing to report entry, Akwesasronon have faced more than their fair share of border woes over the years, with a class action against the Canada Border Services Agency launched last year. The community has adapted to having an international border run through their community, and they will adapt once again to the current border restrictions. But with no end in sight for this border closure, one has to wonder what the long-term impacts of these restrictions will be on the community.  While people around the world are wondering when life will return to normal, some Akwesasronon are left to wonder how many more months it will be until they can visit family members a mere 15-minutes away.

Ressentir

Travailler du confort de la maison comporte bien des avantages, que j’expérimente cet été en travaillant à distance pour el Instituto de Democracia y Derechos Humanos de la Pontificia Universidad Católica del Perú (IDEHPUCP). Je me sens incroyablement privilégiée d’être en sécurité et de faire partie d’une équipe engagée et brillante qui, du Pérou, s’est assurée de m’offrir la meilleure intégration possible à l’équipe et au travail. Je suis passionnée par les projets de recherche qui me sont assignés et je suis avide de nouveaux apprentissages. J’en apprends énormément sur les droits humains, et plus spécifiquement sur les droits des femmes migrantes. J’ai également été amenée à découvrir le rôle inspirant de la Commission Interaméricaine des Droits Humains, dont le travail est crucial pour l’avancement des droits humains sur notre continent.

Néanmoins, je me sens parfois bien éloignée de la réalité de mes collègues et des gens pour qui ils travaillent. Je lis des informations, les analyse et sous-pèse leur pertinence dans mes écrits. Je suis évidemment touchée par ce que je lis, mais les statistiques et les descriptions ne me semblent parfois qu’être des échos des recherches que j’effectue normalement dans un cadre académique.

Cette semaine, toutefois, ma perception a changé du tout au tout. En faisant des recherches sur les conditions de vie des migrants vénézuélien, j’ai lu que certains d’entre eux avaient parcourus à pied les 4,000 km séparant le Venezuela du Pérou. J’ai figé. Et l’information a commencé à m’imprégner. D’un coup, j’ai senti. J’ai senti le désespoir et la peur. J’ai ressenti l’impact sans pitié de la COVID qui a laissé une trop grande majorité des migrants sans emploi et ultimement sans logis ni vivres. J’ai aussi senti la force incroyable et la résilience de ces centaines de milliers de personnes qui ont parcouru tant de route pour trouver la sécurité, qui ont quitté maison, souvenirs, famille pour sauver leur peau.

Sauver sa peau. Un sentiment, une urgence que je ne connais pas, une réalité qui m’est si éloignée. Pourtant aujourd’hui j’en ressens les bribes et j’en frissonne d’angoisse. Et je me sens encore plus loin. J’ai l’impression d’être active pour aider cette population, de mettre la main à la pâte, en quelque sorte. Mieux que rien. Mais trop peu. Et j’ai une douleur sourde à la poitrine en pensant à tout ce qui devrait être fait, ne sachant par où débuter. Pour l’instant je ne peux que me retrousser les manches et travailler de plus bel. Écouter. Apprendre. Ressentir. Même en étant si loin, je me dois d’être attentive et réceptive à la réalité de mes pairs. Je me dois d’accueillir les témoignages, même s’ils me remuent profondément. Surtout parce qu’ils me remuent profondément.

J’entends souvent des personnes autour de moi dire qu’ils n’écoutent plus les nouvelles, qu’ils ne veulent pas suivre l’actualité mondiale parce qu’ils sont trop bouleversés par ce qu’ils y apprennent. Je crois qu’au contraire, c’est parce que l’on est bouleversé par ces images et ces informations qu’il faut les lire et les écouter. J’ai le sentiment que si l’on entendait ce que d’autres humains vivent et que l’on se permettait de ressentir des bribes de ce qu’ils peuvent ressentir, nous développerions une compassion qui remettrait notre monde en question. Un citoyen souhaiterait-il continuer de consommer du fast fashion après avoir visité un sweatshop et rencontré et créé des liens avec ses employés? Voudrait-il continuer de consommer des bananes quotidiennement après avoir vu de ses yeux l’impact des pesticides sur des communautés entières? Après avoir rencontré les personnes touchées ? Je ne crois pas. La déconnexion sélective que beaucoup d’individus choisissent d’entretenir pour protéger leurs émotions a un impact énorme et direct sur la vie de personnes qui sont pourtant étroitement connectés à nous.

C’est ainsi que je décide d’accueillir les émotions qui me viennent en travaillant cet été, sachant qu’il ne s’agit que d’une parcelle de ce que peuvent vivre mes semblables, mais sachant qu’il s’agit probablement d’un début de solution.

Un été doux-amer

J’ai été, pendant longtemps, de ceux et celles qui roulaient des yeux lorsque j’entendais parler de la COVID-19. Comme beaucoup, je me disais que ce n’était qu’une mauvaise grippe qui s’éteindrait naturellement à l’arrivée du beau temps. Ce n’est que lorsque l’université McGill a annulé toutes les activités planifiées pour le reste du semestre, et que ses portes ont fermé, que j’ai réalisé l’ampleur de la situation – et de mon erreur. Comme des centaines de milliers d’autres personnes, j’ai annulé les vacances que j’avais planifiées pour la fin de ma quatrième session d’université, et je me suis confinée avec ma famille pour les mois à venir.

Je me sens aujourd’hui privilégiée de pouvoir vivre mon stage à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (la Commission). Malgré les circonstances particulières, l’adoption au sein de la très sympathique Direction des affaires juridiques a été presque immédiate, et l’on m’a accordé du travail intéressant à accomplir dès mon deuxième jour. Depuis, mes journées ont été bien remplies de tâches à accomplir pour les avocates de la Direction des affaires juridiques. Les questions variées auxquelles je touche me permettent de me familiariser avec le mandat de la Commission.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, organisme indépendant du gouvernement créé par la Charte des droits et libertés de la personne, a comme mission d’assurer la promotion des droits et libertés de la personne affirmés par la Charte des droits et libertés de la personne, des droits reconnus à l’enfant et à l’adolescent par la Loi sur la protection de la jeunesse et la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, ainsi que de veiller à l’application de la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans les organismes publics. Pour veiller au respect et à la promotion des droits de la personne, la Commission peut, entre autres, mener des enquêtes, sur plainte ou de sa propre initiative, diriger et encourager la publication de recherches, analyser des lois du Québec et faire des recommandations au gouvernement.

En tant que stagiaire à la Commission, j’assiste les avocates dans leurs tâches quotidiennes. Cela signifie que je fais beaucoup de recherche sur des questions pointues (et souvent, jamais posées en Cour auparavant) pour des cas de première instance, où la Commission représente une personne du grand publique alléguant que ses droits ont été bafoués, mais je fais également de la recherche pour des cas portés en appel, j’assure les communications avec des membres impliqués dans des litiges, je rédige des mémos juridiques, je traduis des documents officiels, je recense des données utiles à l’interne (par exemple, les dommages accordés dans les litiges portant sur des droits de la personne au Canada) et plus encore.

J’ai également eu la chance d’assister à une première journée de formation pour l’entièreté de la Commission, portant sur le racisme et la discrimination systémique. J’ai été impressionnée du niveau d’engagement des membres de la Commission lors de cette journée. Bien que la Commission voie des cas de discrimination raciale au quotidien, j’admire la volonté de ses membres de continuer à en apprendre sur le sujet et d’entendre l’opinion et le témoignage d’experts de la communauté juridique à ce sujet.

J’ai le sentiment d’être utile, et d’être au service du bien commun en voyant mes recherches reflétées dans le travail de la Commission. Je suis heureuse de pouvoir faire du travail à vocation sociale cet été, surtout devant l’envolée du mouvement Black Lives Matter, même si je me sens souvent impuissante devant l’ampleur de ce mouvement, comme si je ne pouvais jamais en faire assez. Je mesure l’importance du travail que j’accomplis en travaillant sur des cas qui affectent directement la vie de personnes qui s’en remettent à la Commission. En effet, la Commission traite des cas de discrimination raciale de toutes formes depuis ses tout débuts, et voit un nombre impressionnant de cas de discrimination raciale au sein des services de police.

Certaines journées, le télétravail pèse plus lourd sur l’âme. Évidemment, il est parfois plus difficile de rester motivée, mais c’est surtout de lire des décisions sur des sujets extrêmement sensibles lorsque je travaille seule qui peut s’avérer poignant. C’est le côté doux-amer de la nature du travail de la Commission.

Amer, parce qu’il est parfois oppressant de voir défiler la misère du monde devant ses yeux. Doux, parce qu’il y aura toujours des gens s’appliquant à faire changer les choses.

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.