Putting universal human rights standards into practice

by Genny Plumptre

This summer, I worked as a legal intern at the National Human Rights Council of the Kingdom of Morocco (CNDH), a constitutionally mandated, independent, and pluralistic national human rights institution (NHRI) that endeavors to promote and protect human rights and freedoms throughout Morocco. Since its creation in 1990 and subsequent restructuring in 2018, the CNDH has been at the forefront of the country’s human rights movement, helping to push the envelope on issues such as gender equality, the right to health, and the rights of incarcerated persons. In this post, I would like to share some preliminary insights into the role of NHRIs generally––and the CNDH in particular––in the international human rights field.

NHRIs are state-mandated institutions, independent from government, responsible for the protection and promotion human rights at the national level.[1] They serve a range of functions aimed as fostering domestic compliance with universal human rights standards, including handling complaints of alleged rights violations, monitoring the human rights situation within the country, undertaking awareness-raising activities, and issuing recommendations related to national laws, policies, and practices.[2] NHRIs are also accredited by the Global Alliance of National Human Rights Institutions (GANHRI)[3] based on their conformity with the United Nations Paris Principles,[4] a set of international standards to ensure the independence, plurality, and accountability of NHRIs. Through periodic reviews, they receive either an A status (full compliance), B status (partial compliance), or are denied status as an NHRI altogether.[5]

Press conference at the CNDH

It is a mark of the CNDH’s institutional effectiveness that GANHRI has accorded it A status since 2002. Its success in this regard has helped to cement Morocco’s reputation as a force for stability and democratization in the North African region. The CNDH’s President, Amina Bouayach, holds the position of GANHRI Secretary, and is regularly invited by INDH networks in the French- and Arab-speaking worlds, as well as by the Network of African National Human Rights Institutions (NANHRI), to share recommendations and good practices. Further, the broad protection mandate accorded to the CNDH under Law 76.15 (adopted in 2018) signals a renewed commitment on the part of Morocco’s government to human rights norms in the aftermath of the “Years of Lead,” a period from 1956 to 1999 characterized by widespread political repression and state-sponsored violence.[6]

Independence is a thorny question for NHRIs, whose credibility rests not only on the stability of their operations and level of autonomy from government––key ingredients enabling them to comment freely on a range of human rights issues without fear of reprisal––but also on their ability to remain sensitive to context, including the social, political, and cultural realities of daily life in different regions of the country. For the CNDH, this need for circumspection regarding existing societal dynamics means they are careful about how and when to broach different human rights issues. There were times when I found the officialism of the CNDH’s approach frustrating: the tone of its interventions, reports and press statements tends to be expository rather than directly critical, and it is rare to see politically sensitive topics such as the Western Sahara mentioned at all. Some critics have gone as far as to suggest that appointing activists to positions of prominence within the CNDH is a way of neutralizing them.[7] However, others would argue that CNDH’s institutional credibility rests on a certain talent for diplomacy with respect to the public, state bodies, and other national and international actors.

The CNDH’s stand at the 27th edition of the Salon International de l’Édition et du Livre (SIEL 2022)

This diplomatic savvy is helped by the fact that Moroccans are, by and large, multilingual. Apart from Fusha (Modern Standard Arabic) and the local dialect of Darija (Moroccan Arabic), many people also speak, depending on the region, some combination of French, Spanish, English and Amazigh. Translation between these various languages is a constant feature of the CNDH’s work, especially in the Department of Cooperation and International Relations where my internship was based. With its composite identity (with roots in Arab, Amazigh, Jewish, and European culture), strong civil society, and 2011 Constitution that declares the primacy of international law,[8] Morocco is well-placed to act as a regional leader in the human rights field; but this means ensuring that the annual reports, conferences, press releases and other materials produced by the CNDH are accessible to a broad audience.

A misty morning commute to work

In the international human rights architecture, NHRIs have a role to play distinct from that of civil society, political dissidents, and human rights defenders. My short time at the CNDH has allowed me to better understand the importance of collaboration and dialogue among all these various entities and individuals as they work to protect human rights and guard against human rights violations in Morocco and elsewhere.

An evening walk through the neighbourhood of l’Océan

[1] See “About national human rights institutions”, 2022, online: European Network of National Human Rights Institutions <https://ennhri.org/about-nhris/>.

[2] Ibid.

[3] See “Accreditation status as of 13 July 2022,” online (pdf): United Nations Human Rights Office of the High Commissioner <ohchr.org/sites/default/files/Documents/Countries/NHRI/StatusAccreditationChartNHRIs.pdf>.

[4] Principles relating to the Status of National Institutions, GA Res 48/134, UNOHCHR.

[5] See “Accreditation” (2022), online: GANHRI <ganhri.org/accreditation/#:~:text=The%20Paris%20Principles%20require%20NHRIs,and%20engage%20with%20international%20bodies>.

[6] See e.g., Mohamed Khamlichi, « La mémoire et ses questionnements » (2013), online : Conseil national des droits de l’Homme <cndh.org.ma/fr/bulletin-d-information/la-memoire-et-ses-questionnements-par-mohamed-khamlichi>.

[7] Voir Karine Bennafla et Houès Seniguer, « Le Maroc à l’épreuve du printemps arabe : une contestation désamorcée ? » (2011) 29:3 Outre-Terre 143 à la p 155.

[8] Voir Royaume du Maroc, Dahir 1-11-91 du 27 chaabane 1432 (29 juilllet 2011) portant promulgation du texte de la constitution, Préamble, para 4 (international law is accorded primacy within the framework of the Constitution and immutable principles of the Kingdom’s national identity).

Le complexe de la cafetière

2016 Beauchemin Antoine

Par Antoine Beauchemin

Lorsque le « C’est normal » s’adapte à une réalité changeante

***

Voilà quelque huit mois que j’ai appris, jumelant stupeur et jubilation, que je serais stagiaire au Conseil national des droits de l’Homme du Maroc (CNDH). L’été me paraissait alors très loin. Et pourtant, j’y suis parvenu sans heurts (ou si peu). C’était il y a 10 semaines. Cela aussi me paraît très loin.

L’annonce d’un stage à Rabat a de quoi susciter des réactions d’euphorie. C’est que l’on ne peut se préparer pleinement à ce qui nous y attend; de cet inconnu découle précisément l’extase, source d’attentes qui, nous le souhaitons, seront comblées.

Au fil des dernières semaines, l’attitude que j’ai adoptée quant au stage a néanmoins changé progressivement, tant par la force des choses que par une compréhension renouvelée de ce que le stage représentait à mes yeux.

Retour sur ce cheminement.

***

[Semaines 1-4]

J’ai appréhendé les 12 semaines de façon volontairement naïve, en me répétant qu’une approche positive était la meilleure façon de contrer les termes « inefficace », « lent » et « inutile » qui entachent souvent les stages dans le domaine des droits humains. En surfant sur ces qualificatifs avec enthousiasme, peut-être en perdraient-ils leur sens.

À cet égard, les premières semaines auront été frappées de désillusions, certes, mais de désillusions prévisibles. Le CNDH est un endroit qu’il faut apprendre à comprendre, tel un chat que l’on doit approcher lentement, avec lequel l’interaction n’est pas initialement aisée. À coups d’enjeux nouveaux et de mandats dont la portée ne demeure, somme toute, que vaguement définie, j’ai patienté plusieurs semaines avant de réellement avoir une idée de mon rôle à l’institution. Traduire une lettre d’invitation, envoyer un courriel à l’ambassade du Canada, faire des recherches sur le rôle du CNDH à la COP 22, etc. En somme, des tâches hétéroclites, indépendantes les unes des autres; des tâches pas nécessairement captivantes, mais qui doivent être faites.

Naturellement, un jeune Québécois, rigoureux étudiant en droit, restait sur son appétit face à cette situation où il se sentait carrément impertinent.

Afin de justifier une telle conjoncture, je me frappais à grands coups de « C’est normal ».

N’étant à Rabat que depuis quelques semaines, plusieurs dimensions de ma vie étaient pleinement déboussolées. L’adaptation serait nécessairement lente. Il faudrait me laisser du temps.

« C’est normal », me répétait-on. « C’est normal », me répétais-je.

***

[Semaines 5-8]

Alors du temps, je m’en suis laissé.

J’ai appris rapidement, énormément, sur la culture marocaine, ayant entre autres la chance de me retrouver dans ce magnifique pays maghrébin durant  le Ramadan. Cela était assurément une expérience culturelle comme nulle autre; je me suis même prêté à la pratique en jeûnant pendant 10 jours. La température excessivement chaude, conjuguée à une paresse caractéristique, a malheureusement eu raison de moi.

J’ai également bénéficié de mes samedis et dimanches afin de voyager aux quatre coins du pays. Profitant à la fois de la richesse culinaire et des décors paysagers magnifiquement variés, je désirais m’immerger dans la vie marocaine à tout instant.

Bref, à première vue, mon séjour au pays du roi Mohammed VI était sans embûches.

Sauf en ce qui concernait le stage.

À ce niveau, un constat était évident : je pataugeais encore complètement dans l’ombre. Ne jouant au CNDH un rôle que de façon connexe, en multipliant des tâches toutes plus immédiates et rapides les unes que les autres, je réalisais ne pas réellement avoir de fil conducteur, de projets qui guideraient mon stage et me feraient comprendre la portée et les multiples aléas de la vie d’un activiste en droits de la personne.

Après plusieurs semaines de stage, toutefois, le « C’est normal » initial ne me convainquait plus, ou, à tout le moins, plus de la façon avec laquelle on me l’exposait jadis.

Mon passage au Maroc étant au premier abord centralisé sur ces douze semaines où je passerais mes journées au CNDH, j’étais naturellement assez déçu de la tournure des événements. Et c’était démoralisant, en fait. C’est d’avoir le potentiel et le désir de faire avancer les choses, la détermination de travailler de façon efficace et productive, en étant privé des moyens et du matériel pour le faire.

« C’est normal ».

Cette phrase-marteau me rabattait sans cesse les oreilles, mais ne trouvait plus écho. Et pourtant, elle énonce une vérité élémentaire : que l’expérience de mon stage diverge de mes attentes initiales n’est pas anormal. N’est pas anormal non plus le fait que le premier stage d’un étudiant de 21 ans ne soit pas chargé de projets révolutionnaires. La phrase « C’est normal » n’étant alors pas source de problèmes, c’était peut-être la portée du stage, de même que ma compréhension de cette portée, qui méritait un élargissement.

Déjà, il est évident que l’on ne peut limiter le stage aux journées passées au bureau. Le stage est une expérience qui englobe plusieurs sphères. Dès lors, il faut évaluer l’expérience complète, et non pas uniquement la façon avec laquelle j’occupe mon mercredi après-midi, armé de mon Toshiba 2013. Et c’est sur cette nouvelle perspective que le « C’est normal » initial a pu progresser en accord avec une compréhension renouvelée de ce que le stage signifiait réellement.

Le stage aurait en outre toujours eu l’objectif de me faire découvrir tant ce qui me plaisait que ce qui ne me plaisait pas. De la sorte, les tâches obscures que l’on m’offrait, dont les bénéfices n’étaient pas concluants à première vue, contribuaient tout autant au succès du stage que si j’avais amendé le Code pénal marocain dans son ensemble.

Le stage, c’est le travail au CNDH, certes, mais c’est tout autant le samedi après-midi dans un café avec JC, un bon ami de mon école secondaire, qui s’adonne à être à Marrakech en même temps que moi. Le stage, c’est aussi les sept heures de train (comprendre ici : fournaise roulante) en direction d’une magnifique plage afin d’y passer la journée avec mes colocataires. Le stage, enfin, c’est également de prendre un petit taxi bleu, de manger un tagine délicieusement parfumé, de chercher des hébergements à Amsterdam sur CouchSurfing, d’entendre le puissant appel à la prière à Fès en fin de journée, de boire une pinte de bière avec des amis dans un bar lugubre de Chefchaouen, et d’écouter des films blockbusters en buvant du thé à la menthe.

Et malgré toutes ces belles aventures qui agrémentent et structurent le séjour au Maroc, un Montréalais peine à se distancier du fait qu’il n’a [presque] rien à faire 40 heures par semaine.

Bref, le scénario typique du stagiaire blasé, dans les films hollywoodiens, qui sert le café à ses collègues faute d’avoir un travail palpitant.

Je comprends assez clairement en quoi ce complexe peut peser sur le moral du personnage. C’est d’associer le fait de ne rien faire à un manque de capacités personnelles, ou à un manque de confiance des collègues en soi, plutôt qu’à d’autres facteurs beaucoup plus significatifs (rythme de travail ralenti durant l’été, nombre de stagiaires, phase creuse au niveau des événements, etc.). Cette corrélation, à la fois fausse et inexistante, amenuise, voire annihile, tout le reste, soit tous ces événements qui sont partie intégrante de l’expérience bien plus globale.

Voilà bien le complexe de la cafetière. C’est d’avoir la fausse croyance, complètement irrationnelle, que l’on n’est utile qu’à préparer le café, ou, à tout le moins, que c’est l’unique tâche que les collègues osent nous donner. Confronté(e) à l’absence de travail, le stagiaire, malgré ses innombrables requêtes et ses constants efforts, prend ce mal sur ses épaules, croit en être à la fois la cause et la conséquence. Pour justifier la présence au bureau, le stagiaire tentera de se montrer utile, par tous les moyens.

En servant le café aux collègues, notamment.

Mais bon, il n’y a pas de cafetière au CNDH.

***

[Semaines 9-12]

La fin de mon stage est imminente : deux semaines de travail, puis le tour est joué.

J’aurai, à vrai dire, appris énormément lors de l’été 2016. Bien sûr, cela est dû à un net changement dans ma compréhension même du stage. Le stage désirait peut-être même n’offrir qu’un contexte à des apprentissages beaucoup plus importants faits à l’extérieur de celui-ci. Il était également utile afin de faire une prise de conscience à la fois sur le type de travail potentiel dans ce milieu et sur la façon avec laquelle un stagiaire peut s’y adapter.

D’une part, au niveau formel, le CNDH m’aura donné une idée assez claire d’une façon [parmi d’autres] avec laquelle le travail en droits de la personne est effectué. Dans un milieu où les droits des femmes, de la communauté LGBTI+ et des populations migrantes sont fréquemment bafoués, le travail doit nécessairement s’effectuer progressivement, à coups de détours. Et il est possible que cela passe par des stagiaires qui se sentiront quelque peu dépaysé(e)s lors de leur passage au CNDH.

De surcroît, l’été 2016 m’aura également permis d’orienter le type de travail en droits de la personne qui m’intéresse. Pour ma part, la réflexion s’arrête présentement au travail en communauté, soit directement avec les populations concernées.

Enfin, je demeure persuadé que mes petites déceptions par rapport au travail entre les quatre murs du CNDH méritent une locution bien sentie, bien méritée :

« C’est normal ».

Il est véritablement normal, ultimement, d’avoir des expériences qui ne sont non pas insatisfaisantes, mais bien en-dehors du cadre de nos attentes initiales. Malgré la difficulté d’une telle entreprise, assurément complexifiée par l’orgueil de l’individu qui désire changer le monde, ce complexe du stagiaire qui a l’impression de ne rien faire n’est parfois dû qu’à un concours de circonstances, totalement en-dehors du contrôle du stagiaire.

Et, bon, il faut rationaliser le tout : ce complexe ne tourne pas réellement autour du fait de ne rien faire, mais bien du sentiment de désirer faire davantage. En tant que futur activiste en droits humains, je suis propice à ressentir ce complexe continuellement.

Finalement, c’est aussi que le complexe de la cafetière ne dérange qu’au degré premier, et dans l’immédiat. Cette fausse impression néglige les apprentissages qui se font par immersion, par symbiose, par la simple force des choses lorsque X se retrouve dans un milieu Y. Ne considérer que mes tâches au CNDH dans mon appréciation du stage ferait fi de toutes les expériences vécues durant les soirées avec les collègues ou sur l’avenue Michlifen avec mes colocataires, et qui m’auront tout autant changé et appris sur les droits de la personne.

« C’est normal ».

Cette phrase n’apparaît donc plus ici dans le sens péjoratif que je lui conférais naguère, mais bien dans le sens prometteur de m’être adapté à un complexe qui me suivra peut-être longtemps dans l’univers passionnant, quoique nébuleux, des droits fondamentaux.

Blog authors are solely responsible for the content of the blogs listed in the directory. Neither the content of these blogs, nor the links to other web sites, are screened, approved, reviewed or endorsed by McGill University. The text and other material on these blogs are the opinion of the specific author and are not statements of advice, opinion, or information of McGill.